Human Rights Watch accuse Israël ‘d’apartheid et de persécutions’

Photo du mur de l’apartheid, appelé aussi mur de sécurité par les Israélien (AP Photo/Oded Balilty – Isopix)

Israël est coupable ‘d’apartheid et de persécutions’ dans sa politique discriminatoire contre les Palestiniens vivant sur son territoire et dans les zones occupées. C’est ce qu’affirme l’ONG Human Rights Watch.

Dans un rapport de 213 pages, l’organisation écrit que le gouvernement israélien dirige deux groupes de population de taille à peu près égale. Mais les autorités privilégient systématiquement les Israéliens juifs et oppriment les Palestiniens, en particulier dans les territoires occupés.

‘Des voix éminentes préviennent depuis des années que l’apartheid est imminent si la trajectoire du règne d’Israël sur les Palestiniens ne change pas’, affirme Kenneth Roth, directeur de Human Rights Watch. ‘Cette étude détaillée montre que les autorités israéliennes ont déjà passé ce cap et sont aujourd’hui coupables des crimes contre l’humanité : l’apartheid et la persécution.

‘Apartheid et persécutions’

L’organisation de défense des droits de l’homme basée à New York s’est concentrée dans son rapport sur les définitions de l’apartheid. Une partie du rapport s’intéresse également aux poursuites de la Cour pénale internationale qui a ouvert le mois dernier une enquête sur d’éventuels crimes de guerre en Israël.

Par exemple, Human Rights Watch indique qu’Israël a ‘montré une intention de maintenir la domination juive israélienne sur les Palestiniens’ et est coupable ‘d’oppressions systématiques’ et ‘d’actes inhumains’. Pour l’organisation, qui s’est basée sur les déclarations publiques et les politiques israéliennes pour ce constat, il s’agit bel et bien de la définition d’apartheid.

En ce qui concerne les accusations de persécutions, l’ONG cite de ‘graves abus’ dans les territoires occupés, tels que l’appropriation de terres, le refus systématique de permis de conduire, la démolition d’habitations et des ‘restrictions des libertés de mouvement et des droits humains fondamentaux existant depuis plusieurs décennies’.

Israël rejette fermement cette caractérisation, affirmant que sa minorité arabe jouit de tous les droits civils. Human Rights Watch ‘est connu pour avoir un agenda anti-israélien de longue date’, a répondu le département d’État. ‘Les affirmations fictives de HRW sont à la fois incongrues et fausses.’

En savoir plus: