Grand baromètre: et si on votait demain ?

Le dernier Grand Baromètre Le Soir-RTL-Ipsos-VTM-Het Laatste Nieuws a rendu son verdict. Sans surprise, les extrêmes maintiennent leur position. C’est le cas pour le Vlaams Belang, 1er parti de Flandre, et pour le PTB, 3e parti de Wallonie et 4e à Bruxelles.

Flandre

De sondage en sondage, il maintient le cap. Si l’on votait demain, il fait maintenant peu de doute que le Vlaams Belang serait 1er parti de Flandre. Le parti d’extrême droite séduit 27,7% des Flamands. Le parti de Tom Van Grieken ne se renforce pas mais reste stable.

La N-VA qui dépassait les 30% en 2014 se situe autour des 20%. On sait où la majorité de ses électeurs sont partis. Ensemble, N-VA et VB rassemblent près de 48% des intentions de votes du nord du pays. En termes de sièges à la Chambre, cela représente 46 sièges vs 43 pour tous les autres partis néerlandophones.

Pour le reste, les autres partis se tiennent dans un mouchoir de poche autour des 10%. Le sp.a et son jeune président Conner Rousseau ont le vent en poupe à 12,5%, le CD&V à 11,8%, l’Open VLD à 10%, Groen à 9,4% et le PVDA ferme la marche à 7,3%.

 Bart De Wever, Theo Francken et Jan Jambon sont les personnalités préférées des Flamands.

Wallonie

Pas de changement global, mais là encore des confirmations. Le PS est en légère baisse à son plus pas historique à 23,7%. Le MR en légère hausse à 20,5%. Le PTB après son bond dans le sondage de mars 2020 conserve sa 3e place au profit d’Ecolo à 18,7%. Les verts bloquent à 15%. Le cdH (8,1%) ferme la marche avec DéFI (4,7%).

Les trois personnalités préférées des Wallons sont Sophie Wilmès (MR), devant Paul Magnette (PS) et Elio Di Rupo (PS).

Bruxelles

Au niveau des partis francophones, Ecolo, en baisse, conserve sa première place à 19,1%. Car le PS connait la même diminution des intentions de vote et est à 18,2%. Le MR se stabilise autour des 17,4%. Ces trois partis se tiennent de près dans la capitale.

Le PTB progresse légèrement à 12,6% et est le 4e parti de la Région-capitale devant DéFI à 10,9%. Le cdH ferme la marche à 4,7%. Toujours pas de réel effet Maxime Prévot ou de la transformation du parti (‘Il fera beau demain’) du côté des humanistes tant à Bruxelles qu’en Wallonie. Mais le parti ne chute plus inexorablement.

Le top des personnalités politiques est composé de  Sophie Wilmès (MR), Paul Magnette (PS) et Olivier Maingain (Défi).

Et si on devait former un gouvernement fédéral ?

Tout se complique. Le VB et le PTB disposeraient de 43 sièges sur 150. Si les partis traditionnels décident d’exclure les extrêmes, il reste donc 107 sièges pour trouver une majorité.

Cela n’est pas rédhibitoire pour les deux grandes coalitions qui ont été testées au cours des 13 derniers moi: la Vivadi (socialistes, écologistes, et libéraux + CD&V) disposerait de 81 sièges sur 150, mais serait toujours minoritaire en Flandre.

La Bourguignonne (socialistes, libéraux, nationalistes) disposerait de 72 sièges sur 150 sans le CD&V, 82 avec. Les deux coalitions sont très proches en termes de sièges. La 2e à comme avantage de donner une majorité en Flandre.

La famille socialiste est la première du pays avec 29 sièges. Les libéraux suivent à 23, les verts sont à 19 et les démocrates-chrétiens à 14. A eux seuls, le VB est à 26 et la N-VA à 20.

Au-delà des sièges, ce sondage ne montre pas de grosse différence par rapport à mars dernier. C’est plutôt la stabilité voire la confirmation. La crise sanitaire ne semble donc pas avoir eu beaucoup d’effets sur les intentions de vote. Sophie Wilmès (MR) sort toutefois grande gagnante en termes d’image pour le grand public. En tête en Wallonie et à Bruxelles, Charles Michel n’y était pas arrivé.

Plus
Lire plus...
Marchés