Google va retirer les cookies de Chrome

isopix

Alphabet retirera progressivement le logiciel derrière les cookies dans les deux prochaines années. Annoncé en août dernier, la société derrière Google vise à développer en open source de nouveaux mécanismes pour le fonctionnement des publicités ciblées. Le but: moins d’intrusions.

Les annonceurs ne pourront plus installer de cookies sur Chrome sur les sites Internet qu’ils ne gèrent pas. Alphabet, la société mère de Google et Chrome, l’a annoncé sur son blog d’entreprise.

Cette nouvelle politique sera déployée d’ici deux ans. Les cookies sont de petits logiciels qui ‘suivent’ le comportement des utilisateurs et envoient ainsi des publicités ciblées. Donc, pas de cookies signifierait un changement complet des stratégies de publicité en ligne.

Chrome, le plus grand navigateur

Apple a déployé une politique similaire sur le navigateur Safari en 2017. Cependant, la part de marché de Chrome est globalement trois fois supérieure à celle de Safari.

L’industrie de la publicité est au courant des intentions de Google depuis plusieurs mois. Les analystes financiers voient peu d’impact sur les propres annonces de Google, car la société recueille des informations sur ses utilisateurs de nombreuses autres manières.

Les cookies sont également utilisés, par exemple, pour mémoriser un mot de passe pour un site Internet. En principe, ces services ne seront pas atteints.

Cookies

Les utilisateurs et les régulateurs se posent souvent des questions sur les cookies. L’impact sur la vie privée en particulier est une question importante. De nombreuses grandes entreprises technologiques ont activement amélioré la transparence au cours des trois dernières années.

Google a déclaré que les nouvelles restrictions ne s’appliqueront pas tant que des alternatives ne seront pas disponibles. Chaque changement majeur par rapport à Chrome nécessite également des investissements importants de la part des administrateurs de sites Internet. Quel sera l’impact sur les prix des annonces, maintenant que moins de données seront disponibles, est la prochaine grande question.

Lire aussi : L’assistant de Google pourra bientôt vous lire cet article à haute voix (et le traduire)