Facebook bombarde les patients cancéreux de publicités pour des traitements controversés

Des chercheurs de la prestigieuse université américaine de technologie, le MIT, ont enquêté sur la diffusion de fausses informations sur les traitements controversés contre le cancer sur Facebook et Instagram. L’étude montre que la société mère Meta ne fait pas assez pour empêcher la diffusion de ces informations, et que le géant technologique en tire de gros bénéfices.

Une fois encore, Meta fait l’objet d’une controverse. Cette fois pour avoir diffusé des publicités recommandant des traitements contre le cancer non prouvés scientifiquement.

Au début de la pandémie de coronavirus, Meta s’est publiquement engagé contre les publicités diffusant des informations sanitaires douteuses. « Les publicités ne doivent pas contenir d’allégations trompeuses, fausses ou mensongères, par exemple sur l’efficacité ou les caractéristiques d’un produit ou d’un service, y compris des allégations trompeuses sur la santé, l’emploi ou la perte de poids qui créent des attentes irréalistes chez les utilisateurs », annonce la charte de Meta.

Cependant, des chercheurs du MIT ont découvert qu’il existait aux États-Unis plusieurs publicités pour des cliniques privées vantant des traitements spéciaux contre le cancer et promettant d’éliminer la maladie, alors que ces traitements n’ont jamais été approuvés par les autorités réglementaires. La recherche a utilisé la bibliothèque d’annonces de Meta, où l’on peut trouver toutes les publicités publiées sur Facebook.

La même étude révèle que plusieurs cliniques privées utilisent des publicités sur Facebook et Instagram pour atteindre des clients potentiels, en utilisant les données personnelles collectées par Meta. Selon le MIT, toute personne ayant effectué des recherches sur Internet concernant les traitements du cancer aux États-Unis a vu au moins une fois une publicité pour ce type de cliniques.

Des traitements « de pointe et révolutionnaires »

Les chercheurs ont découvert un établissement au Mexique qui a placé plusieurs publicités faisant référence à des traitements « de pointe » et révolutionnaires. Cependant, ils sont proposés exclusivement dans leur établissement et à un coût élevé.

Le traitement du centre est axé sur la « thérapie de Gerson« , qui est un régime consistant à boire plusieurs verres de jus par jour et à prendre des compléments alimentaires. Les auteurs du régime affirment que le traitement peut guérir un patient, mais cela n’a jamais été prouvé scientifiquement. David Gorski, chirurgien oncologue, qualifie ce traitement de non prouvé et d’absurde.

En outre, les traitements alternatifs sont souvent coûteux et ne sont pas couverts par les compagnies d’assurance.

Signaler les annonces

« Les utilisateurs sont libres de signaler les publicités qui, selon eux, violent les politiques de Facebook et de Meta », a déclaré l’entreprise de Mark Zuckerberg dans une réponse au MIT. Mais ce n’est pas toujours facile pour beaucoup de gens. Pour un groupe de patients vulnérables, il est compréhensible qu’un traitement avancé apparaissant soudainement dans un fil d’actualité puisse être ressenti comme un espoir.

Selon le rapport, plusieurs de ces annonces publiées par ces cliniques ont fait l’objet d’une enquête et ont été supprimées par Facebook. Le réseau social a admis les avoir supprimées pour violation de sa politique relative aux « allégations trompeuses qui prétendent guérir les malades incurables ». Toutefois, la mesure est incohérente et ne s’applique pas à toutes.

Sur Facebook et Instagram, le processus d’examen des annonces est largement automatisé. Cela conduit à ce que de nombreuses publicités passent un premier filtre, malgré les directives strictes de Meta. Il arrive également que des publicités d’entreprises soient supprimées par Facebook, mais qu’elles soient publiées à nouveau avec succès quelques mois plus tard lors d’une deuxième tentative.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20