Marchés:
Chargement en cours…

LUNDI 21 SEP

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

Et patatras, le gouvernement d’urgence à nouveau se planta…

Logo Business AM
Politique

15/03/2020 | Baptiste Lambert | 8 min de lecture

Isopix

Finalement oui, et puis finalement non. Partis francophones et néerlandophones ne sont pas parvenus à passer au-dessus de leurs antagonismes malgré la crise sanitaire.

L’épidémie du coronavirus devait être une opportunité. Mais après plusieurs jours de négociations entre le PS, le MR, la N-VA, le CD&V et l’Open VLD, le gouvernement d’urgence ne verra pas le jour.

Pourtant, il y a quelques jours, un accord semblait avoir été scellé entre les socialistes francophones et les nationalistes. Mais d’après nos informations, il s’est heurté à une lutte de pouvoir entre francophones dans un premier temps, et ensuite à ces bons vieux antagonismes nord-sud.

Quelques explications: après l’échec des négociations vendredi soir qui mêlaient socialistes et libéraux du nord et du sud, Bart De Wever (N-VA) a fait une sortie remarquée dans la presse. Son but ? Mettre la pression pour voir ce gouvernement d’urgence aboutir, pour une période d’un an, et finaliser son accord avec le PS.

À partir de ce moment-là, la N-VA est arrivée avec des exigences: pas question de conserver Sophie Wilmès (MR) et de venir faire l’appoint d’un gouvernement en affaires courantes. Impensable pour le MR, soutenu par le PS dans la journée de samedi. Paul Magnette fait l’objet d’intenses pressions en interne. Nous y reviendrons.

Deuxième phase ce dimanche après une longue nuit de négociations. Georges-Louis Bouchez (MR) enfonce le clou: ‘Sans l’ombre d’un doute. Sophie Wilmes est à la barre et le restera afin de ne pas déstabiliser la gestion de la crise ! Ce serait juste de la folie de changer maintenant.’

Et puis vient le tour de Paul Magnette sur le plateau de C’est pas tous les jours Dimanche de RTL-TVi: ‘La NVA vient avec de l’institutionnel c’est hallucinant et du cynisme.’

Il ressort de sa communication qu’un gouvernement d’urgence avec le PS n’est plus une option. Il préfère que sont parti soutienne le gouvernement en affaires courantes, et les futures mesures prises par ce dernier, depuis les bancs du Parlement. Jean-Marc Nollet (Ecolo), dans la fouléee, tient la même position.

Le basculement

Que s’est il passé ? Du côté socialiste, réuni pour un bureau politique restreint ce dimanche matin, d’énormes pressions sont venues s’abattre sur le président des socialistes pour ne pas nouer d’accord avec la N-VA.

A-t-il cédé ? En tout cas, il est clair que Paul Magnette n’avait pas préparé le terrain pour un tel virage à 180 degrés. Ensuite, il ressort que la N-VA et le CD&V seraient arrivés en exigeant des garanties sur une potentielle réforme de l’État. Cela a fait capoter le tout. Patatras, c’est encore raté.

Magnette est obligé de faire marche arrière et de finalement soutenir le gouvernement en affaires courantes qu’il voulait détricoter quelques jours auparavant. Dans un jeu très politique, son but était de se faire passer comme un parti responsable, sauveur de la nation, au prix d’une énorme trahison. Dans le même temps, ne pas laisser au MR récolter tous les lauriers de cette séquence, où on a vu Sophie Wilmès faire preuve d’une stature d’État.

De son côté, Georges-Louis Bouchez (MR) avait plus qu’à perdre qu’à gagner. Avec une Première ministre et 6 autres ministres fédéraux, le MR est bien au-dessus de son poids politique. Un gouvernement fédéral de plein exercice, oui, mais pas à n’importe quel prix.

Nord-Sud, plus que jamais divisés

Depuis le début des négociations. Les tensions entre partis du nord et du sud n’ont jamais été aussi exacerbées. Plusieurs sources néerlandophones assurent que des discussions devaient reprendre cet après-midi. Autour de la formation d’un gouvernement à 10 ministres. Mais Paul Magnette aurait tout fait capoter par la suite, assez soudainement, sur le plateau de RTL-TVi. Le tout sans prévenir les autres partenaires: sp.a, Open VLD ou même Patrick Dewael (Open VLD), missionnaire, à l’origine lui aussi de l’accord PS-N-VA.

Du côté francophone, on table plutôt sur le blocage de la N-VA et du CD&V de voir Sophie Wilmès rester Première ministre. En plus des querelles institutionnelles, pas le moment en pleine crise sanitaire. Bref, à chacun sa vérité.

Du coup, après la gestion de la crise sanitaire, on ne voit pas ce qui peut désormais nous séparer de nouvelles élections. Une possibilité existe sans les socialistes à 77 (sièges sur 150) et qui ferait entrer dans la danse le cdH. Son président Maxime Prévot a réaffirmé sa ‘disponibilité’. À moins qu’il ne pense à une coalition sans la N-VA, ni le CD&V. Mais il faut alors reconvaincre le sp.a, écarté du jeu depuis vendredi, et passablement énervé.

En attendant, les présidents de parti concernés se sont revus pour une réunion ultime de sortie de crise. Il doit s’y décider de qui ou pas soutiendra ce gouvernement en affaires courantes face aux urgences sanitaires. Dans une telle situation, difficile pour les partis néerlandophones de s’y opposer. Mais les dégâts à long terme devraient être considérables.

Au président du sp.a de conclure: ‘Alors que les gens se battent pour leur vie et se battent pour la vie des autres, certains politiciens ne se battent que pour eux-mêmes ou pour leur parti. Je suis dégoûté.’

A 27 ans, sans doute vient-il de se confronter à la politique belge au niveau fédéral.

Source: BusinessAM


Pour aller plus loin...


Corona Virus Update

  • Monde
  • Nombre
    d'infections
    30.929.838
  • Nombre
    de décès
    959.504
  • Belgique
  • Nombre
    d'infections
    102.295
  • Nombre
    de décès
    9.948
Biden vs Trump
ÉLECTIONS AMÉRICAINES
Suivez le live ici chaque jour
Logo Business AM

Business AM | Stocks