Épargner en cas d’inflation élevée : quel abonnement de streaming abandonnerez-vous en premier ?

En période d’inflation croissante et de diminution du pouvoir d’achat, les familles recherchent les coûts fixes qu’elles peuvent réduire. Vient rapidement à l’esprit : l’abonnement à des services de streaming comme Netflix, Disney+, Streamz ou Spotify.

Selon Netflix, ce n’est qu’une des nombreuses raisons qui expliquent ses chiffres trimestriels décevants, mais l’inflation a joué un rôle : « Les facteurs macroéconomiques, notamment la croissance économique atone, la hausse de l’inflation et les événements géopolitiques tels que l’invasion de l’Ukraine par la Russie » ont eu un impact négatif.

Les services de streaming permettent de modifier et de mettre à niveau rapidement l’abonnement mensuel. L’inconvénient est que les clients peuvent aussi rapidement mettre leur contrat en pause ou le résilier. Des enquêtes internationales suggèrent que ce phénomène est pleinement en cours.

Une enquête américaine montre qu’un abonnement mensuel est la troisième chose que les familles ont déjà sacrifiée ou réduite, après les repas au restaurant et l’utilisation de la voiture. Plus d’une personne sur trois envisage de réduire ses abonnements mensuels si la crise se poursuit…

Pour la première fois en dix ans, le nombre de ménages britanniques ayant au moins un abonnement payant à un service de streaming est en baisse, le choc de l’inflation les obligeant à réduire leurs dépenses. « Pour de nombreux services de streaming ayant connu une croissance significative de leurs revenus pendant le pic de Covid, ce moment donnera à réfléchir », a déclaré Dominic Sunnebo, directeur chez Kantar Worldpanel, au Guardian.

Quel service est indispensable ?

Comme de nombreuses familles britanniques ont plusieurs abonnements à des services de streaming, elles répartissent les plateformes entre les incontournables et les moins importantes, indique Kantar. L’avantage pour Netflix est que la plateforme est souvent comptée dans la première catégorie. Disney+, en revanche, fait partie de la deuxième catégorie et est donc mis au rebut beaucoup plus rapidement.

Et en Belgique, y a-t-il beaucoup de familles qui ont plusieurs abonnements de streaming ? Des chiffres pour l’entièreté du pays n’existent pas, mais le centre de recherches Imec s’est penché sur la situation des familles flamandes, dans son baromètre sur la digitalisation appelé Digimeter. « Le cumul des abonnements de streaming est devenu courant en 2021 », peut-on lire.

Quelque 55% des Flamands disposent d’au moins un service payant de diffusion vidéo en continu, et Netflix est dominant. Disney+ et Streamz (une plateforme de streaming flamande: DPG Media) ont quelque peu dépassé leur statut de niche, tandis qu’Amazon Prime est encore limité.

  • Le nombre de Flamands abonnés à plus d’un service de streaming est passé à 23% en 2021, contre 15% un an plus tôt.
  • 27% des Flamands ont un abonnement payant à Spotify.
  • Quelque 18% sont abonnés à des bouquets de télévision supplémentaires (films et séries ou sports).
Pourcentage de la population qui possède tel ou tel service d’abonnement. source : Imec

Conclusion : étant donné qu’environ un quart des Belges cumulent les services de streaming, il existe une certaine marge de manœuvre dans de nombreuses familles pour réduire les coûts mensuels, sans avoir à annuler tous les abonnements payants. Le choix du service à supprimer peut donner lieu à des discussions animées à la table familiale.

Sur la base des exemples étrangers, il est probable que Netflix restera dans de nombreux foyers. Mais certains services premium et autres suppléments pourraient bientôt être supprimés, au profit de versions gratuites avec publicité.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20