Et si Elon Musk était en fait le meilleur allié des syndicats ?

Elon Musk et les syndicats, c’est a priori tout sauf une histoire d’amour. Mais les décisions prises par le multimilliardaire depuis son arrivée à la tête de Twitter ont fait se syndiquer bon nombre des employés.

Pourquoi est-ce important ?

Entre licenciements massifs et culture du travail "hardcore", les employés de Twitter ont vécu un véritable bouleversement avec l'arrivée d'Elon Musk à la tête de leur entreprise. L'homme d'affaires n'est pas connu pour être un fervent défenseur du droit du travail. Ni un fana des syndicats.

Dans l’actu : le patron des syndicats britanniques jette des fleurs (piquantes) à Elon Musk.

  • Interrogé par Politico, Paul Nowak, le nouveau secrétaire général de la fédération qui chapeaute la quasi-totalité des syndicats britanniques (l’UTC) a ironiquement remercié Elon Musk.
  • « Grâce » à ses agissements, de nombreux employés de Twitter se sont syndiqués.

Les détails: 10 fois plus de syndiqués chez Twitter UK.

  • Le nombre d’employés de Twitter syndiqués auprès du syndicat britannique Prospect a décuplé depuis l’arrivée d’Elon Musk à la tête de l’entreprise.
  • Pour Paul Nowak, ces deux événements sont clairement liés. Car « Musk pense qu’il peut émettre une directive depuis San Francisco qui se produit d’une manière ou d’une autre dans le monde entier sans tenir compte du droit du travail ».
  • Le comportement de Musk est donc « un excellent outil de recrutement pour nous », a ironisé le secrétaire général de l’UTC.

Le contexte : licenciements massifs dans les Big Tech.

  • « Si j’étais un jeune travailleur de la technologie, je penserais qu’être membre d’un syndicat pourrait être un bon investissement en ce moment. Si cela peut arriver chez Twitter, cela peut arriver n’importe où », a déclaré Paul Nowak.
  • Effectivement, si Musk a licencié environ 3.700 employés de Twitter, les autres Big Tech ne sont pas en reste.
    • Ce jeudi, Amazon a ainsi annoncé son intention de se séparer de 18.000 travailleurs à travers le monde. Un chiffre encore plus élevé que celui avancé en novembre dernier (10.000).
    • Fin 2022, Meta avait quant à elle indiqué qu’elle allait supprimer 11.000 postes.
    • Du côté de HP, ce sont 4.000 à 6.000 employés qui devront faire leurs cartons d’ici 2025.
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20