Elon Musk raconte comment il a failli devenir confiseur… à cause de Warren Buffett

En 2018, les milliardaires Warren Buffett et Elon Musk s’étaient chatouillés par médias interposés. Le patron de Tesla s’était moqué du célèbre investisseur, lequel avait assuré qu’il était incapable de rivaliser avec lui sur le terrain des bonbons. Plus de trois ans après, Elon Musk révèle qu’il a été à deux doigts de relever le défi.

Si la rivalité entre Elon Musk et Jeff Bezos est très connue, le patron de Tesla n’est pas non plus un grand ami de Warren Buffett. Il a déjà envoyé quelques piques au fondateur Berkshire Hathaway, qualifiant par exemple l’allocation des capitaux à travers le conglomérat de « travail ennuyeux ».

Elon Musk a également déjà remis en question la notion de « fossé économique« , chère à Warren Buffett, qui a notamment trait aux différentes techniques (avantage de coût, reconnaissance et rayonnement d’une marque, technologie brevetée…) permettant de fidéliser un public à un point tel que l’on met son entreprise à l’abri de la concurrence sur le long terme. Il a décrit cette idée comme étant « boiteuse », estimant que le rythme d’innovation d’une entreprise était bien plus déterminant pour qu’elle reste compétitive.

En 2018, à l’occasion de l’assemblée annuelle des actionnaires de Berkshire, Warren Buffet avait à nouveau défendu la pertinence de son point de vue. Il l’avait illustré avec la fidélité des clients à des marques telles que Coca-Cola et Snickers, voyant là des exemples de puissants fossés qui tiennent les rivaux à distance.

« Elon Musk peut bouleverser les choses dans certains domaines, [mais] je ne pense pas qu’il voudrait nous affronter dans les bonbons », avait-il plaisanté, estimant que ce serait une idée stupide. Il faisait référence à l’entreprise de bonbons et de chocolats à succès See’s Candies, propriété de Berkshire.

Le principal intéressé avait répondu sur Twitter. « Je lance une entreprise de bonbons, et ça va être incroyable. Je suis super sérieux », avait-il annoncé.

L’excellence sinon rien

A l’époque, personne ne savait si Elon Musk fanfaronnait ou s’il s’était vraiment mis en tête de se lancer dans les bonbons. Trois ans et demi plus tard, il est revenu sur cet épisode lors d’une interview accordée à The Babylon Bee: il était bien « super sérieux ». « J’ai effectivement essayé de trouver des bonbons convaincants qui seraient bien meilleurs que les autres », a-t-il expliqué.

L’homme le plus riche du monde a raconté qu’il avait demandé aux employés de Tesla et de SpaceX, ainsi qu’à ses followers sur Twitter, de lui envoyer leurs meilleures friandises. Il en a aimé plusieurs, mais aucune d’elles ne lui a tapé dans l’œil. Résultat: il a abandonné le projet.

Elon Musk a ajouté qu’il ne lancerait aucune entreprise si elle n’était pas en mesure de proposer une offre supérieure à la concurrence. « Si une entreprise ne fournit pas d’excellents produits et services, elle ne devrait pas exister », a-t-il déclaré.

S’il a renoncé à ses plans car il n’a pas pu identifier un produit nettement meilleur que ce qui se faisait déjà, notons que ce n’est pas la seule recette du succès de See’s Candies. Warren Buffett l’a déjà qualifiée d' »entreprise de rêve » car, en plus de ses délicieuses sucreries, elle a de faibles coûts d’investissement et une excellente équipe de direction. Sans oublier la fidélité de ses clients. Ses fameux « fossés économiques », en fait.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20