Coronavirus: 7.284 cas confirmés en Belgique, mais potentiellement… 1 million

AP Photo/Francisco Seco

Comme tous les jours, le SPF Santé publique a publié les chiffres de la propagation du covid-19 en Belgique. Il note une diminution dans tous les résultats, sauf pour les décès.

La situation dans les hôpitaux est le premier indicateur des autorités pour vérifier l’évolution de la maladie. Durant les 24 dernières heures, 490 malades sont entrés dans les hôpitaux du pays pour une infection au covid-19, 183 personnes en sont sorties. Cela porte le total à 3.042 personnes hospitalisées à l’heure actuelle.

Les cas les plus graves sont placés aux soins intensifs. Ils sont actuellement 690, dont 498 ont besoin d’un respirateur.

Pour chacun de ces indicateurs, l’augmentation est plus faible qu’hier. Cependant, les chiffres fluctuent encore trop pour en faire ressortir une tendance générale pour le pays.

Sciensano

Le nombre de morts est par contre plus élevé que jeudi: 69 décès à cause du coronavirus ont été annoncés ce matin, ce qui porte le total à 289. Toutefois, il ne faut pas oublier que les chiffres ont parfois un temps de retard. Cette donnée n’est généralement pas utilisée pour évaluer l’évolution de la maladie en Belgique.

Le chercheur en épidémiologie, Marius Gilbert, a cependant réussi à faire ressortir une assez bonne nouvelle des chiffres publiés: le temps de doublement des cas, des hospitalisations et des personnes en soins intensifs est plus long désormais que pendant la période précédant les mesures de confinement. En d’autres mots, il faut maintenant 4,4 jours pour que le nombre d’hospitalisations double. Avant le confinement, ce nombre doublait en seulement 2,1 jours. Cela signifie donc que la propagation de la maladie tend à ralentir. Les mesures de confinement semblent donc fonctionner. ‘Mais 4 jours de doublement, cela reste considérable et intenable pour nos hôpitaux‘, explique Marius Gilbert dans la suite de ses tweets. ‘On espère que ce temps va encore s’allonger dans les tout prochains jours.’

Quid des cas inconnus?

En ce qui concerne les nouveaux cas confirmés, 1.049 tests sont revenus positifs durant les 24 dernières heures. En tout, dans la population belge, il y a 7.284 personnes qui sont officiellement déclarées comme atteintes par le coronavirus. Les cas sont beaucoup plus présents en Flandre, 64% des personnes infectées y résident. Cependant, il faut bien se rendre compte que celle-ci est beaucoup plus peuplée que la Région wallonne. Rappelons que les personnes testées en Belgique sont principalement des personnes ayant besoin d’être hospitalisées.

La capacité de tests est restreinte en Belgique. Il est totalement impossible de tester tout le monde. Les cas confirmés ne sont pas représentatifs de nombre de personnes réellement infectées en Belgique. Selon le virologue flamand, Marc Van Ranst, 10% de la population pourrait être contaminé sans le savoir. Cela fait 1,1 million de citoyens. Ces personnes auraient eu ou ont de petits symptômes sans conséquences, voire pas de symptôme du tout. Mais sans en être conscients, ils sont porteurs de la maladie.

Une bonne nouvelle ?

Ce chiffre impressionnant, Marc Van Ranst le sort d’une étude faite sur les patients de l’hôpital universitaire de Bruxelles. Les médecins ont scanné les poumons de toutes les personnes hospitalisées. Les patients qui présentaient des lésions étaient ensuite testés. En moyenne, 5 patients sur 50 étaient déclarés positifs au coronavirus, ce qui représente 10%.

Précisons toutefois qu’en choisissant les patients d’un hôpital, l’étude s’est basée sur un échantillon loin d’être représentatif de la population belge. Le pourcentage qui en résulte est donc certainement surévalué.

Plus tôt dans la semaine, Marius Gilbert avait lui estimé ce chiffre à 100.000 personnes.

Il s’agirait toutefois d’une bonne nouvelle, car ces personnes contribuent ensemble à l’immunité collective. Mais cela signifie aussi qu’il faut continuer à bien respecter les règles de confinement. Même si vous n’avez aucun symptôme, vous pouvez être infectés et donc contaminer des personnes plus fragiles.

Lire aussi: