Comment une entreprise de soda est devenue la sixième plus grande force navale du monde

En 1989, la société américaine de boissons gazeuses Pepsi était la sixième force navale du monde. Elle disposait d’une flotte impressionnante comprenant pas moins de 17 sous-marins et 3 navires de guerre. C’est le résultat d’une folle coopération avec l’Union soviétique de l’époque. Une alliance unique qui a vu le jour quarante ans plus tôt.

En 1959, en pleine guerre froide, Moscou a accueilli l’Exposition nationale américaine, une initiative qui visait à promouvoir les échanges culturels entre les deux superpuissances. L’Amérique a profité de l’événement pour montrer son avantage sur des Soviétiques alors plutôt rigides : Télévisions, réfrigérateurs, voitures et, bien sûr, boissons gazeuses américaines.

C’est le vice-président Richard Nixon qui présentera au premier ministre soviétique Nikita Khrouchtchev la véritable fierté de son pays : Pepsi Cola. Il s’est avéré que c’était un coup dans le mille : Khrouchtchev est devenu accro au produit en un rien de temps.

Les marchandises produites par l’ennemi juré ont rapidement fait tourner la tête de Khrouchtchev. Ainsi, le concept de supermarché a même fait son apparition en Union soviétique après la visite de Nikita Khrouchtchev à San Francisco en 1959.

Le président russe Brejnev et son compagnon est-allemand Honecker ont dégusté un Pepsi Cola lors d’une réunion en 1976 à Berlin-Est – AP Image

Les supermarchés ont créé une détente entre les États-Unis et l’URSS

« L’expression du visage de Nikita Khrouchtchev n’a jamais été oubliée », a déclaré le secrétaire d’État américain Henry Cabot Lodge, lorsqu’il a accompagné le secrétaire général soviétique lors d’une visite dans un supermarché local. (En 1989, le futur président Boris Eltsine aurait également a également été bluffé devant le riche assortiment de produits d’un supermarché de Houston, au Texas, lors de sa première visite aux Etats-Unis.

Khrouchtchev admettra plus tard qu’il pensait que les rayons des supermarchés avaient été remplis d’un surplus apparent de produits spécialement pour sa visite. (Tout comme les Russes l’ont fait lorsqu’un dignitaire américain a visité un magasin de Moscou). Néanmoins, le supermarché a apporté une certaine détente dans les relations traditionnellement tendues entre les deux superpuissances. Khrouchtchev n’a pas tardé à annoncer l’introduction imminente des supermarchés et des magasins en libre-service en URSS. Le nombre d’attaques verbales contre les États-Unis dans le journal d’État Pravda a également diminué de manière significative dans les mois qui ont suivi son retour des États-Unis et dans la période précédant la visite du président Eisenhower à Moscou en 1960.

Pour le plus grand plaisir des Soviétiques, Pepsi Cola est désormais partout

À la suite de cette détente, une entreprise privée fondée sous le capitalisme américain a commencé à faire des affaires en Union soviétique pour la toute première fois. Pour le plus grand plaisir des Soviétiques, Pepsi Cola est désormais partout. Mais un petit problème s’est rapidement posé. La monnaie de l’URSS – le rouble soviétique – n’était pas convertible sur les marchés internationaux. Donc, plutôt que d’accepter de la monnaie, Pepsi a été obligé de faire du troc. Quoi de mieux que d’accepter la vodka comme moyen de paiement et de compensation pour les hectolitres de Pepsi que les Soviétiques ont commandés. Le choix s’est porté sur l’entreprise publique soviétique Stolichnaya.

À partir de ce moment, le Pepsi Stolichnaya a commencé à se vendre aux États-Unis pour une somme rondelette, et les deux parties étaient alors plus que satisfaites.

Enfants vendant du Pepsi Cola à Moscou, en 1992. Credit: AP Photo/Alexander Zemlianichenko/Isopix

L’invasion russe de l’Afghanistan a tendu les relations avec les États-Unis

Jusqu’à ce que les Soviétiques envahissent l’Afghanistan en 1979 et que les États-Unis commencent à boycotter les produits soviétiques, dont bien sûr la Stolichnaya.

L’échange lucratif de boissons gazeuses contre de la vodka menaçait donc de se tarir, jusqu’à ce que les deux parties concluent un autre accord. Pepsi s’est montré prêt à accepter des navires de guerre en guise de compensation. Cela a conduit à une situation folle dans laquelle Pepsi a repris les navires suivants à l’URSS en 1989 – en échange d’un peu de cola sucré et pétillant :

  • 1 frégate
  • 17 sous-marins
  • 1 croiseur
  • 1 destroyer
  • Plusieurs pétroliers

Pepsi n’était plus seulement la deuxième plus grande entreprise de boissons rafraîchissantes au monde après Coca-Cola. C’était également la sixième plus grande force navale du monde.

Pourtant, Pepsi n’envisagera jamais de déployer ses navires dans des situations de guerre. La raison est évidente : les navires étaient inutilisables pour la guerre et irréparables. Pour rentabiliser la flotte, une société norvégienne a été engagée pour réduire les navires en ferraille.

Mais le gouvernement américain n’a pas été amusé. Lorsque Brent Scowcroft, conseiller en matière de sécurité nationale du président George H.W. Bush, a interrogé le président du conseil d’administration de Pepsi, Donald M. Kendall, ce dernier a déclaré : « Nous désarmons l’Union soviétique plus vite que vous. »

Cet accord a duré jusqu’en 1991, date à laquelle l’Union soviétique, sous la direction de Michael Gorbatchev, a cessé d’exister. À partir de ce moment-là, Pepsi et les Russes ont pu à nouveau faire des affaires à l’ancienne.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20