Comment ces outils en os vieux de 400.000 ans changent notre perception des premiers humains

Des archéologues ont découvert une profusion d’outils en os particulièrement anciens, et issus d’une véritable chaîne de montage préhistorique. Une trouvaille inattendue, car elle remonte aux premiers néandertaliens qui semblent bien plus en avance sur leur temps qu’on ne l’imaginait.

Ce sont 98 fragments d’os qui ont tous été retrouvés sur le site de Castel di Guido, en Italie, pas très loin de Rome. Ils appartenaient à Palaeoloxodon antiquus, une espèce d’éléphant aux défenses droites qui peuplait en nombre la région, il y a 400.000 ans. Sauf que ces os ont été façonnés pour devenir des outils, avec l’usage de techniques de tailles savamment optimisées pour une production en série. Alors que ces objets sont vieux de 400.000 ans.

Ils n’ont pas pu nos copier

À cette étape de l’évolution humaine, c’est le Néandertal (Homo neanderthalensis) qui peuple l’Europe et le Proche-Orient. Un proche cousin, mais une espèce à part entière, distincte de la nôtre, aux capacités techniques et industrielles certaines, et qui maitrise le feu et la taille de la pierre. Mais la fabrication d’outils en os a longtemps été considérée comme plutôt rare chez les néandertaliens, certains scientifiques pensent qu’ils n’ont adopté ces techniques que fort tardivement, au contact de notre propre espèces, Homo sapiens. Soit, en Europe, il y a peut-être 45.000 ans.

Or ces outils en os sont littéralement 10 fois plus anciens, et sont quasiment contemporains des plus vieux restes attribués à des prénéandertaliens; des os découverts à La Sima de los Huesos, en Espagne, et qui remontent à 430.000 ans. Bien plus anciens que les Homo neanderthalensis « classiques » que nous connaissons mieux. Et de toute évidence, ce n’est pas nous qui leur avons montré la technique.

Car il ne s’agit pas là d’outils isolés, ou d’expériences plus ou moins réussies, mais véritablement d’un lieu de production « industrielle » avec différentes étapes de préparation des outils. Une véritable chaîne de montage de la préhistoire qu’évoque Paola Villa, de l’université de Colorado Boulder : « À Castel di Guido, les humains brisaient les os longs des éléphants de manière standard et produisaient des ébauches standardisées pour fabriquer des outils en os. Ce genre d’aptitude n’est devenu courant que bien plus tard. »

Des humains archaïques mais débrouillards

Et ce n’est pas un travail facile, car il faut se fournir en ossements propres et nettoyés, les acheminer, puis seulement mettre au point des techniques de production d’outils à partir d’une matière très dure. Il n’est pas exclu que les humains archaïques qui ont établi cette entreprise aient opté pour l’os par manque de gisement de silex dans la région. Mais ce n’est qu’une piste parmi d’autres.

Dans tous les cas, ces gens étaient ingénieux: parmi ces outils on trouve même un os poli sur une face, comme pour servir de grattoir; un instrument qui permet de nettoyer des peaux de tout résidu de chair avant d’en travailler le cuir. Un objet qu’on ne trouve normalement pas avant 300.000 ans. Soit ces prénéandertaliens étaient particulièrement en avance sur leur temps, soit nous avons encore beaucoup à découvrir sur l’ingéniosité des premières espèces humaines.

Pour aller plus loin :

Plus
Lire plus...
Marchés