Passe d’armes entre Maggie De Block et Emmanuel André au sujet de la (mauvaise) gestion belge

La ministre de la Santé publique Maggie De Block (Isopix)

La ministre de la Santé (OpenVLD) a réagi sur Twitter à la publication d’une étude pointant la très mauvaise réponse belge à la pandémie de coronavirus. Et Emmanuel André a embrayé…

Mercredi 17 juin, l’Economist Intelligence Unit (EIU) dévoilait que, selon ses calculs, notre pays a eu la plus mauvaise réaction face à la pandémie parmi 21 États membres de l’Organisation de coopération et de développement (OCDE). Plusieurs facteurs tendent à montrer que la gestion de la crise par le gouvernement belge a bien été ‘mauvaise’, notamment le taux de mortalité qui crève le plafond. Vous pouvez retrouver les détails de cette étude ici.

Cet affichage public de la Belgique comme mauvais élève n’a pas tardé à faire réagir la ministre de la Santé Maggie De Block. Elle-même vivement critiquée pour sa gestion de la crise (rappelons par exemple qu’au début de la pandémie elle affirmait que le port du masque n’était pas nécessaire). C’est sur Twitter qu’elle a décidé de réagir… Assez simplement. ‘Les chiffres ne disent pas tout’, a commenté la libérale flamande.

Une forme de déni que le microbiologiste Emmanuel André n’a visiblement pas appréciée. ‘Les chiffres ne disent pas tout, mais ils disent tout de même quelque chose’, a-t-il répondu sur le réseau social. ‘Nous ne pouvons pas tout nier si nous voulons tirer des leçons de nos erreurs.’

Jusqu’à la Première ministre

Cette étude épinglant la mauvaise gestion de la crise de la Belgique est arrivée jusqu’aux oreilles de la Première ministre, Sophie Wilmès (MR). Questionnée à ce sujet à la Chambre jeudi, elle a souligné la méthode de comptage de notre pays. ‘La Belgique est souvent pointée du doigt par rapport à son taux de mortalité. Si l’on s’en tient à une comparaison des chiffres officiels, la Belgique a en effet un nombre de décès par million d’habitants plus élevé. Mais la manière de comptabiliser est différente’, rapporte La Libre.

‘La Belgique a tenu compte à la fois des décès dans les hôpitaux, des décès en maison de repos, des décès confirmés Covid-19 et des décès possibles Covid-19’, a poursuivi la Première ministre. Une approche recommandée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies. ‘Nous avons été félicités pour notre manière transparente de compter les décès.’

Elle estime en outre qu’une comparaison avec des pays comme l’Australie et la Nouvelle-Zélande, bien moins densément peuplés, n’a pas de sens. ‘La Belgique est loin de pouvoir être pointée du doigt’, a-t-elle conclu.

Lire aussi: