La Chine contre-attaque : une enveloppe de 1.000 milliards de yuans pour muscler son secteur des puces électroniques contre les restrictions de Washington

La Chine ne compte pas rester les bras croisés face à Washington, qui a limité l’exportation de certaines puces et de technologies nécessaires à les produire vers l’Empire du Milieu. Après une plainte à l’OMC ce lundi, une grosse enveloppe a été débloquée pour booster le secteur.

Pourquoi est-ce important ?

Depuis la pandémie, différents pays, dont les Etats-Unis et la Chine, se sont engagés dans une course aux puces électroniques. Ces puces et semi-conducteurs sont dans tout, des smartphones aux PC. Y avoir accès est primordiale pour une économie.

Dans l’actu : Pékin prépare une grosse enveloppe pour muscler son secteur des puces électroniques.

  • Montant à la clé : plus de 1.000 milliards de yuans, ou 135 milliards d’euros. C’est ce que confirment trois sources à Reuters.
    • À titre de comparaison : Washington a mis sur la table une enveloppe d’environ 50 milliards de dollars de subsides, plus des crédits d’impôt de 27 milliards de dollars.
  • À l’image des États-Unis, l’enveloppe chinoise prendrait la forme de subsides et de crédits d’impôt. Il s’agirait ainsi d’une des plus grosses enveloppes du gouvernement chinois de ces cinq dernières années. Le but : renforcer la production et la recherche, pour atteindre plus d’indépendance sur ce plan.
  • L’investissement pourrait avoir lieu dès le premier trimestre de l’année.

Le contexte : les puces électroniques, le nerf de la guerre.

  • La Chine importe des puces électroniques en masse (en plus grand nombre que le pétrole), entre autres pour la production de toute une série d’objets, qu’elle exporte ensuite. Le pays produit lui-même des puces, mais qui ont quelques générations de retard sur les Taïwanaises, Américaines, Coréennes ou Japonaises. Elles sont utilisées pour des objets moins sophistiqués, par exemple.
  • Voilà le scénario de base : la Chine avait déjà comme objectif de s’affranchir de cette dépendance et de devenir auto-suffisante, afin de contrôler la chaine d’approvisionnement. Mais une difficulté est venue s’ajouter.
  • En octobre, les Etats-Unis ont limité l’exportation des puces les plus performantes vers la Chine, ainsi que du matériel pour les produire, dans le but de ralentir l’avancée technologique de la Chine (et de son armée). Les Etats-Unis essaient aussi de convaincre leurs partenaires (comme, entre autres, les Pays-Bas, qui produisent les équipements de production les plus performants du monde) de les suivre dans cette voie.
    • La Chine a d’ailleurs porté plainte contre les Etats-Unis concernant ces restrictions, auprès de l’Organisation mondiale du commerce, ce lundi.
  • En Europe aussi, des filiales d’entreprises chinoises se sont récemment vu mettre des bâtons dans les roues. L’Allemagne a refusé la vente d’une usine qui produit les moules nécessaires à la production des puces et le Royaume-Uni a ordonné la revente d’une telle usine, achetée un an plus tôt.
  • Bref, on constate une levée des boucliers dans le monde : les nations veulent protéger ce secteur, car les puces sont primordiales pour le « futur », des armements à la transition énergétique, en passant par l’intelligence artificielle. Xi Jinping le sait aussi : lors du discours d’inauguration du Congrès du parti communiste chinois, début octobre, il a répété le mot « technologie » pas moins de 45 fois. L’enjeu du siècle pour l’Empire du Milieu.

Les détails : qui va en profiter ?

  • Une grande partie de l’enveloppe sera versée aux entreprises qui veulent acheter des équipements (chinois) pour produire les puces, et ce, malgré le fait qu’elles soient pour l’heure incapables de produire des puces aussi performantes que celles que la Chine importe. Les subsides couvriraient 20% de ces achats.
  • Les aides iront autant aux sociétés publiques qu’aux sociétés privées. Les cours de Semiconductor Manufacturing International Corp (SMIC) et Hua Hong Semiconductor Ltd ont tous deux bondi à la bourse de Hong Kong suite à l’annonce de ce plan.

Dans tous les cas, il s’agit d’un dossier aux nombreux rebondissements. Depuis la pandémie, les pays se sont engagés dans une course aux puces électroniques, qui se développe, à coups de subsides et de restrictions, lentement en une guerre commerciale.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20