Ces 8 pays du Pacifique qui ne connaissent pas le Covid-19, et où il est possible d’aller se réfugier

Palau
Isopix

La pandémie de Covid-19 n’épargne personne. En quelques mois, elle avait gagné les 5 continents. Quelques rares pays ont réussi à éviter le virus. Aucun cas n’a été déploré sur leur territoire. Pour y arriver, ils ont dû se couper du monde.

Parmi les pays qui ont su se préserver du Covid-19, on retrouve de nombreuses îles. Leur géographie leur ont permis de fermer rapidement et hermétiquement leurs frontières. Dans le Pacifique, 8 Etats insulaires n’ont encore décompté aucun cas de coronavirus. La Micronésie a récemment quitté cette liste après qu’un matelot ait été testé positif.

Kiribati

Le pays compte 28 îles habitées dans le Pacifique, au nord-est de l’Australie. Près de 116.000 personnes y vivent. Le gouvernement de Kiribati a très vite pris la décision de fermer ses frontières aux voyageurs étrangers après que l’annonce de la nouvelle épidémie. Ne sachant pas si le virus circulait déjà sur le territoire, la population a dû respecter elle-aussi des mesures sanitaires telles que le lavage régulier des mains, la distanciation sociale et des limitations pour les rassemblements publics.

A l’heure actuelle, aucun cas n’a été rapporté. Le pays n’a toutefois pas rouvert ses frontières, ce qui impacte directement son économie. En effet, le Kiribati vit principalement des exportations de la pêche et des noix de coco, et bien sûr du tourisme

Nauru

Nauru est l’un des plus petits pays au monde et compte moins de 13.000 habitants. Il y a quelques dizaines d’années, l’île était l’un des pays les plus riches au monde, grâce aux gisements de phosphate. Aujourd’hui, l’économie s’est totalement effondrée. Nauru est maintenant surtout connue pour abriter des camps de détentions pour des immigrants venus tenter leur chance en Australie.

Pour éviter que la crise sanitaire ne vienne faire encore plus de dégâts, toutes les frontières ont été fermées et l’état d’urgence a été décrété début mars pour être maintenu jusqu’en juin. Aujourd’hui, les habitants peuvent circuler normalement à l’intérieur du territoire, mais personne – sauf absolue nécessité – ne peut entrer ou sortir.

Palaos

Les Palaos rassemblent sous un même drapeau plus de 300 îles. Toutefois, seules quelques-unes sont actuellement habitées. La population ne compte donc que 17.800 personnes. Aujourd’hui, les îles sont surtout dépendantes économiquement du tourisme et de la pêche.

Dès janvier, des vérifications strictes avaient été imposées pour tous les voyageurs. En mars, les frontières ont été fermées. Les habitants de retour sur l’île doivent, quant à eux, respecter une quarantaine stricte.

Les Palaos ont créé un libre partenariat avec les Etats-Unis peu de temps après leur indépendance. Cela leur permet de garder une certaine liberté dans leur politique et de profiter aussi des avantages qu’apporte un aussi grand pays. C’est notamment le cas pour la vaccination, puisque la population va profiter de l’Operation Warp Speed. Les îles pourraient bien recevoir assez de doses pour vacciner toute la population avant la fin mai.

Tonga

Tonga est certainement l’archipel qui a pris le plus de mesures contre le Covid-19, alors que le pays n’a toujours recensé aucun cas. Un peu plus de 100.000 personnes vivent sur les 170 îles tongiennes.

Dès le début de la pandémie, le pays s’est fermé aux bateaux de croisières pour éviter qu’il n’amène le virus sur la terre ferme. Le Tonga a ensuite fermé toutes ses frontières et a décrété l’Etat d’urgence. Aujourd’hui encore, les libertés des citoyens sont fortement bridées. Un couvre-feu est toujours d’application et les rassemblements sont limités.

Tuvalu

Tuvalu est, tout comme Nauru, l’un des plus petit Etat au monde. Seuls 11.500 personnes y vivent. Les 9 atolls qui composent le pays sont tellement éloignées du reste du monde, qu’il est particulièrement difficile d’y vivre. Il n’existe qu’un hôtel pour les touristes, alors qu’il s’agit de l’une des principales activités du pays. La pêche est l’autre secteur économique important.

Dès le début de la pandémie, le pays a fermé ses frontières aux voyageurs et elles le sont toujours actuellement.

Les îles Cook

Le pays compte 15 îles, perdues en plein milieu de Pacifique. Les îles Cook ont pris leur indépendance dans les années 60, mais ont gardé un libre partenariat avec la Nouvelle-Zélande. Malgré son éloignement géographique, et contrairement à Tuvalu, le pays a réussi à développer un secteur touristique important qui représente aujourd’hui environ 40% du PIB. L’économie peut aussi compter sur la perliculture, la pêche et l’agriculture.

Le gouvernement a décidé de fermer les frontières dès le début de l’épidémie, pour éviter l’arrivée du virus sur les îles. Mais cela prive évidemment le pays de sa principale source de revenu, le tourisme.

Niue

Niue est une île du Pacifique qui a pris son indépendance en 1974. Elle a créé, comme les Iles Cook, un libre partenariat avec la Nouvelle-Zélande. Au niveau économique, l’île dépend pratiquement entièrement des aides apportées par la Nouvelle-Zélande. Le tourisme et l’agriculture ont beaucoup de mal à se développer.

Le territoire est actuellement fermé aux voyageurs. Pour y entrer, il faut une autorisation écrite du gouvernement. Le pays a donc réussi à empêcher le virus d’entrer. Contrairement à la Nouvelle-Zélande, où vivent la plupart des immigrants niuéens, et qui a connu un pic de l’épidémie en mars et avril 2020, pour être épargné par la suite.

Tokelau

Tokelau ne compte qu’un peu plus d’un millier d’habitants. Les trois atolls polynésiens sont très dépendants du transport maritime pour les marchandises. Il est donc impossible de se couper entièrement du reste du monde. Le pays ademandé de l’aide à l’ONU pour recevoir des équipements de protections pour les services de soins de santé et également des thermomètres pour les zones portuaires. Une quarantaine est également imposées à toute personne qui met le pied sur le territoire.