Ce responsable de la BCE compare les cryptos aux crédits pourris: « La cupidité mène au Far West »

Fabio Panetta, membre du directoire de la Banque centrale européenne, n’aime guère les cryptomonnaies. Selon lui, elles forment une bulle spéculative qui laisserait un énorme cratère financier si elle venait à éclater. Il établit ainsi un parallèle avec les prêts immobiliers dits subprime, qui ont conduit à la crise financière de 2008.

« Une chaîne de Ponzi », « un piège », « une illusion ». Dans un discours prononcé à l’université de Columbia à New York, Fabio Panetta, dirigeant de la BCE, s’en est pris au monde du bitcoin, de l’ether et autres cryptomonnaies. Le discours de l’économiste italien donne un aperçu de la vision de Francfort sur le marché de la cryptographie.

« Les crypto-évangélistes promettent le paradis sur terre et utilisent un récit illusoire de prix des actifs numériques en constante augmentation pour soutenir l’afflux et donc l’élan alimentant la bulle. Mais les apparences sont trompeuses. Le rêve de Satoshi Nakamoto de créer de l’argent fiable reste juste cela – un rêve », a asséné Panetta, faisant référence au manifeste du ou des fondateurs derrière Bitcoin.

« Les crypto-actifs créent de l’instabilité et de l’incertitude – exactement le contraire de ce qu’ils ont promis. Ils créent un nouveau Far West », explique Panetta. Les cryptomonnaies lui rappellent le « wildcat money« , l’argent que certaines banques américaines dotées d’une charte d’Etat, faiblement capitalisées, dépensaient dans la seconde moitié du XIXe siècle.

Subprimes

Alors que les adeptes de la crypto s’attendent à de nouveaux records de prix, Panetta, un incrédule manifeste, prédit un crash. Comme le prix Nobel d’économie Paul Krugman, entre autres, l’Italien dresse un parallèle avec la dernière crise financière.

À l’origine de cette crise se trouvaient les prêts immobiliers américains à haut risque de défaut, appelés prêts subprime, qui ont été regroupés et reconditionnés dans toutes sortes de produits financiers, de sorte que les risques de ces prêts pourris ont contaminé le monde.

« Le marché crypto est maintenant encore plus grand que le marché des prêts hypothécaires à risque – évalué à 1300 milliards de dollars – au moment où il a déclenché la crise financière mondiale », a déclaré Panetta. « Et cela montre une dynamique étonnamment similaire. En l’absence de contrôles adéquats, les actifs crypto alimentent la spéculation, promettant des rendements rapides et élevés et exploitant les lacunes réglementaires qui laissent les investisseurs sans protection. »

Ponzi

Dans une autre saillie, Fabio Panetta a forcé la comparaison avec « une pyramide de Ponzi ». Une telle dynamique ne peut se poursuivre que tant qu’un nombre croissant d’investisseurs pensent que les prix vont continuer à augmenter. Jusqu’à ce que l’enthousiasme disparaisse et que la bulle éclate.

« Nous ne devrions pas commettre les mêmes erreurs en attendant que la bulle éclate et seulement alors réaliser à quel point les risques crypto sont devenus omniprésents dans le système financier. Et tandis que certains peuvent espérer être plus intelligents et sortir à temps, beaucoup seront piégés », a-t-il insisté.

Pour le membre du directoire de la BCE, ce sont là toutes des raisons d’accélérer les réglementations mondiales supplémentaires pour la crypto et la construction d’un euro numérique… qui serait émis par la BCE, comme alternative.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20