Boeing veut construire des avions dans le métavers

Le constructeur aéronautique Boeing veut utiliser le métavers pour accélérer et simplifier la production d’avions. L’idée est de construire une réplique numérique de ses engins dans un métavers afin d’effectuer des simulations.

Pourquoi est-ce important ?

Depuis que Mark Zuckerberg a changé le nom de Facebook en Meta, le concept de métavers a gagné le monde entier. Le métavers est un espace numérique partagé qui mobilise la réalité virtuelle ou la réalité augmentée et qui est accessible via Internet.

De plus en plus d’entreprises se lancent dans le métavers. Boeing, elle aussi, étudie ce qui est possible. L’entreprise veut faire appel à l’univers numérique pour produire un avion, rapporte l’agence de presse Reuters.

Réplique numérique en 3D

Alors, comment le métavers pourrait-il l’aviation ? L’idée est de construire une réplique numérique en 3D d’un avion. Grâce à cet espace numérique partagé, les employés pourront suivre de près l’ensemble du processus de production. Des simulations pourront également être réalisées dans ce métavers pour vérifier que tout fonctionne correctement.

Les modèles numériques sont soutenus par un « digital thread » qui relie toutes les informations relatives à l’avion, depuis sa conception jusqu’à la chaîne d’approvisionnement, des exigences des compagnies aériennes aux millions de pièces et aux milliers de pages de documents de certification.

Selon Boeing, une révision des pratiques obsolètes basées sur le papier peut entraîner des changements importants. « Plus de 70% des problèmes de qualité chez Boeing peuvent être attribués à un problème de conception », a déclaré Greg Hyslop, ingénieur en chef chez Boeing.

Accélérer le processus de production

L’avionneur est convaincu que le processus de production d’un avion – de sa conception à sa commercialisation – peut être limité à quatre ou cinq ans.

« Vous bénéficiez de la rapidité, d’une meilleure qualité, d’une meilleure communication et d’une meilleure réponse en cas de problème », souligne M. Hyslop. « Lorsque la qualité des entreprises d’approvisionnement est meilleure, que la construction de l’avion est plus fluide et que le nombre de retouches est réduit au minimum, les résultats financiers suivent. »

Dans tous les cas, Boeing est confronté à un énorme défi. Les critiques soulignent les problèmes techniques du mini-jumbo 777X et de l’avion d’entraînement militaire T-7A RedHawk, des appareils Boeing développés avec des outils numériques.

« Boeing a également accordé trop d’importance au rendement des actionnaires au détriment de la domination technique », note Richard Aboulafia, analyste au cabinet d’analyse Teal Group. « En outre, l’entreprise continue de dépenser moins d’argent pour la recherche et le développement. »

« Cela vaut-il la peine de continuer ? Sans aucun doute », a-t-il poursuivi. « Cela résoudra-t-il tous leurs problèmes ? Non. »

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20