Au Royaume-Uni, le V-Day est arrivé: ‘Un moment historique’

Isopix

Le Royaume-Uni s’apprête à lancer mardi sa campagne de vaccination ‘historique’ contre le coronavirus. Le personnel soignant en première ligne, les employés des maisons de repos et les personnes âgées de plus de 80 ans seront parmi les premiers à recevoir le vaccin contre le Covid-19.

Dimanche, le ministre britannique de la Santé, Matt Hancock, a qualifié la semaine à venir de ‘moment historique’. Quelque neuf mois après le début de la pandémie de Covid-19 en Europe, et de la crise économique et sanitaire sans précédent qui l’a accompagnée, le Royaume-Uni lancera ce mardi sa campagne de vaccination.

V-Day

‘Malgré l’énorme complexité de la situation, les hôpitaux lanceront dès mardi la première phase de la plus grande campagne de vaccination de l’histoire de notre pays’, a déclaré pour sa part le professeur Stephen Powis, directeur médical national pour l’Angleterre au sein du National Health Service (NHS). ‘La première tranche des livraisons de vaccins arrivera dans les hôpitaux dès lundi.’ Où ils attendront le ‘V-Day’, comme la presse d’outre-Manche a qualifié la journée de demain.

Avec plus de 61.000 morts, le Royaume-Uni est le pays d’Europe le plus durement touché par la pandémie. C’est également la première nation à avoir approuvé, dès la semaine dernière, le vaccin développé par Pfizer et BioNTech, dont les premières doses seront administrées en priorité au personnel soignant en première ligne, aux employés des maisons de repos, ainsi qu’aux personnes âgées de plus de 80 ans.

Elizabeth II pour convaincre les sceptiques

C’est d’ailleurs à l’aune de ce dernier critère que la reine d’Angleterre Elizabeth II, 94 ans, et son mari le prince Philip, 99 ans, seront tous les deux très prochainement vaccinés. Une vaccination qui sera rendue publique afin ‘d’encourager le plus grand nombre à se faire vacciner’, selon le journal britannique Mail on Sunday.

La perception et l’approbation du public vis-à-vis du vaccin constituera en effet l’un des points clé de la campagne de vaccination. Selon plusieurs sondages, le public britannique est généralement favorable au vaccin Covid, mais certaines personnes se montrent méfiantes par rapport à la vitesse avec laquelle il a été développé et approuvé.

La confiance du public dans le vaccin est un ‘énorme problème’ pour les gouvernements, estime Andre Spicer, professeur de comportement organisationnel à la Cass Business School de Londres, sur le site de CNBC. ‘Nous savons que les discours anti-vaccins se multiplient, en particulier pendant cette période de reprise du Covid.’ Selon lui, la réaction typique des gouvernements est ‘de fournir des informations disant que le vaccin est sûr’, voire de ‘faire en sorte que des dirigeants ou des personnes influentes soient vus en train de prendre le vaccin’.

‘Mais beaucoup de recherches suggèrent que cela ne tend pas à convaincre les plus incertains’, prévient-t-il. ‘Avec ces personnes, vous devez vous concentrer sur les gens qu’ils connaissent vraiment… comme un médecin de famille ou une infirmière.’

Le Royaume-Uni a pré-commandé 40 millions de doses du vaccin Pfizer/BioNTech, qui doivent être livrées tout au long de l’année 2021. Comme deux doses, administrées à plusieurs semaines d’intervalle, sont nécessaires, cela signifie que 20 millions de personnes pourront en bénéficier. Le pays dispose également des accords avec d’autres fabricants de vaccin, dont AstraZeneca et Moderna.

Russie

Le Royaume-Uni n’est toutefois pas le premier pays au monde à lancer une campagne de vaccination contre le Covid-19. Dès samedi, la Russie a commencé à distribuer à travers 70 cliniques le vaccin Spoutnik V, développé l’institut de recherche Gamaleïa, ce qui constitue la première étape de la vaccination de masse prévue par Moscou.

Le personnel soignant, les enseignants et les travailleurs sociaux seront les premiers à bénéficier de ce vaccin, dont le développement particulièrement rapide n’est pas sans soulever des interrogations parmi les scientifiques internationaux.

En Belgique, le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld) a annoncé le début de la vaccination pour le 5 janvier, sous réserve du feu vert de l’Agence européenne des médicaments qui est attendu d’ici la fin du mois.