Après le rachat de Twitter par Elon Musk, Tesla s’effondre et entraîne le Nasdaq dans sa chute à Wall Street

Sur la journée de mardi, Tesla a lourdement plongé à Wall Street, suite à l’annonce de la prise de contrôle de Twitter par Elon Musk. D’autres importantes valeurs du secteur technologique ont connu une mauvaise journée. Résultat, le Nasdaq a clôturé à son plus bas niveau depuis décembre 2020.

Mardi, après l’annonce du rachat de Twitter par Elon Musk, les investisseurs ont nettement exposé leurs doutes envers Tesla. Le constructeur automobile a perdu plus de 12% en un jour, perdant 126 milliards de dollars en valeur par la même occasion. Une chute qui s’explique principalement par deux raisons, estiment les analystes.

D’une part, et c’est surtout ça qui a pesé dans la balance, les investisseurs craignent que Musk ne vende une partie de ses actions Tesla pour financer son rachat de Twitter. Si son financement sera en partie permis par un prêt, il s’est tout de même engagé à mettre 21 milliards de dollars sur la table lui-même: beaucoup pensent que cela passera par une réduction de sa participation dans son entreprise automobile.

D’autre part, certains suiveurs se demandent si Musk, faute de temps, ne va pas devoir être amené à laisser quelque peu Tesla de côté pour se consacrer à son nouveau jouet. Il est également possible qu’il transfère quelques hauts dirigeants de l’entreprise automobile vers Twitter, ce qui met un peu de flou autour de la façon dont Tesla sera géré à l’avenir.

Mauvaise journée pour les GAFAM

Si Tesla affiche la chute la plus spectaculaire, elle n’est pas la seule à avoir nettement baissé à Wall Street mardi. Amazon, par exemple, a perdu 4,6%. Avant la publication de ses résultats trimestriels, Microsoft a aussi baissé de près de 4%. Même chose pour Alphabet, dont la chute a même été de 6,5% dans les échanges prolongés, suite à la déception des investisseurs face aux résultats. De son côté, Apple a fini la séance en recul de 3,7%. Elle publiera ses résultats jeudi.

Résultat, le Nasdaq Composite, à forte dominance tech, a reculé de 3,95% à 12.490,74 points. Il s’agit de sa plus forte baisse en une journée depuis septembre 2020 et de son niveau de clôture le plus bas depuis décembre 2020.

D’après les analystes, ces baisses ne sont pas vraiment dues aux résultats trimestriels de toutes ces firmes, mais au contexte global dans lequel elles évoluent. Les nouveaux confinements de la Chine et le pivot agressif des principales banques centrales pour lutter contre l’inflation ont éclipsé ce qui a été une saison de bénéfices trimestriels meilleurs que prévu jusqu’à présent, note Reuters.

« Je pense qu’avec la situation actuelle du marché, dans cette phase de vente indiscriminée et de peur, le potentiel de risque de baisse est plus important que celui d’une surprise à la hausse », a commenté Ross Mayfield, stratège en investissement chez Baird à Louisville, Kentucky.

Notons enfin que la journée n’a (forcément) pas été meilleure du côté du Dow Jones (-2,38%) et du S&P 500 (-2,81%).

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20