Jeff Bezos remet en question le rachat de Twitter par Elon Musk : « La Chine a-t-elle gagné un peu plus d’influence? »

La prise de contrôle de Twitter par Elon Musk, PDG de Tesla et SpaceX, suscite beaucoup d’attention. Certains disent que c’est une bonne nouvelle pour la liberté d’expression, tandis que d’autres remettent en question les projets du multimillionnaire. Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon, est l’un d’entre eux.

Pourquoi est-ce important ?

Musk rachète Twitter pour environ 44 milliards de dollars. L'objectif est de retirer le réseau social de la bourse.

Comme prévu, la prise de contrôle de Twitter par Musk suscite de nombreuses réactions. Par exemple, Jack Dorsey, l’ancien PDG de Twitter, a déclaré qu’il avait toute confiance en Musk. « J’ai confiance en sa mission de répandre la lumière de la conscience », a-t-il déclaré.

Bezos exprime des critiques

Cependant, tout le monde ne partage pas cet enthousiasme. Bezos, par exemple, n’exclut pas que la Chine puisse désormais accroître son influence sur Twitter. « Le gouvernement chinois vient-il de gagner un peu d’influence sur la place publique ? », s’est-il interrogé dans un tweet. Il a posé cette question à un message faisant référence aux liens de Musk avec le pays asiatique.

En 2021, la Chine était le deuxième marché le plus important de Tesla, par exemple. En outre, le constructeur de voitures électriques s’appuie largement sur le pays pour la production de batteries. Il est également à noter que Twitter est interdit en Chine depuis 2009. Maintenant qu’un important « partenaire » du pays possède Twitter, il est possible que la Chine parvienne encore à exercer une certaine influence sur la plateforme.

Nuances du tweet

Environ 90 minutes après ce premier tweet, Bezos a publié un autre tweet avec quelques nuances supplémentaires. Il y affirme que la probabilité que la Chine s’empare de Twitter est faible.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que Bezos critique Musk sur Twitter. Les deux milliardaires se sont souvent pris à partie. Musk et Bezos sont tous deux actifs dans l’industrie spatiale. SpaceX (Musk) et Blue Origin (Bezos), par exemple, étaient toutes deux éligibles pour un contrat d’atterrisseur lunaire avec la NASA. Un contrat que SpaceX a finalement réussi à remporter. Blue Origin a essayé d’inverser tout cela via un procès, mais en vain.

D’autres parties remettent également en question la prise de contrôle

Bezos n’est pas la seule personne à remettre en question le rachat de Twitter par Musk. Certains politiciens et organisations craignent que cela ne donne à l’homme le plus riche du monde un contrôle trop important sur le débat en ligne. « Nous sommes préoccupés par toute mesure que Twitter pourrait prendre pour éroder les mécanismes destinés à protéger les utilisateurs », a notamment déclaré Amnesty International. « Et ce n’est pas aussi simple qu’un engagement absolu en faveur de la liberté d’expression. Il n’y a pas de droit absolu à la libre expression, il n’y a pas de droit absolu à pratiquement n’importe quel droit. »

La sénatrice américaine Elizabeth Warren a, quant à elle, averti que l’accord Musk-Twitter représente un danger pour la démocratie. « Les milliardaires comme Elon Musk jouent selon des règles différentes des autres et amassent du pouvoir pour leur propre bénéfice. Nous avons besoin d’un impôt sur la fortune et de règles strictes pour tenir les Big Tech responsables », a-t-elle écrit sur Twitter.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20