Alors qu’il crie à la fraude, Trump perd de plus en plus d’alliés chez les républicains

Trump avec Christie, en 2017 – Isopix

L’ancien gouverneur Chris Christie et le sénateur Pat Toomey se sont joints aux républicains prenant leurs distances vis-à-vis des accusations de fraude émises par le président Donald Trump depuis la Maison Blanche jeudi soir.

‘Notre système électoral est corrompu. Les démocrates nous volent notre victoire.’ C’est, en bref, le message que le président Trump a adressé au peuple américain jeudi soir, dans ce qui est probablement le discours le plus destructeur jamais prononcé dans la salle de presse de la Maison Blanche.

Trump a déclaré – sans présenter la moindre preuve – ‘que le système électoral américain est plein de fraude’. Ce qui expliquerait les nombreux procès qu’il a lancés. ‘Peut-être que tout se passera devant la Cour suprême, qui sait.’ Il a réitéré ses attaques contre le vote par correspondance et a mis sur la table à plusieurs reprises des théories du complot.

Même les républicains demandent des preuves à Trump

Le camp démocrate n’a évidemment pas du tout apprécié. Mais plusieurs républicains estiment également que Trump est allé trop loin.

Chris Christie, ancien gouverneur du New Jersey et supporter de longue date de Trump, estime que le président devrait fournir des preuves. ‘Si vous dites ces choses depuis la Maison Blanche – bien ça soit autorisé, tout comme il est autorisé d’intenter une action en justice – vous devez nous montrer les preuves’, a déclaré Christie à la CBS.

Le sénateur républicain Pat Toomey (Pennsylvanie) a trouvé le discours de Trump ‘difficile à regarder’ et a qualifié les allégations de fraude comme étant ‘sans fondement’.

L’ancien candidat à la présidence Rick Santorum a déclaré à CNN ‘qu’aucun élu républicain ne peut soutenir ce message’, bien que, selon lui, il y ait certains éléments que le président dénonce à juste titre.

Un autre ancien candidat à la présidence, Mitt Romney, qui n’est pas nécessairement le meilleur ami de Trump, a également pris ses distances vis-à-vis du président sortant.

Il faut également souligner que la jeune génération, dont font partie les représentants Will Hurd et Adam Kinzinger, a également pris ses distances.

Parallèlement à toutes ces distanciations, Trump a tout de même obtenu le soutien de deux poids lourds républicains: Lindsey Graham (Caroline du Sud) et Ted Cruz (Texas).

Ce vendredi, alors qu’il a perdu la tête en Géorgie et en Pennsylvanie, Donald Trump a réitéré ses accusations. Sur Twitter, le président américain a indiqué que Philadelphie (Pennsylvanie) avait ‘une histoire pourrie en matière d’intégrité électorale’.