2022 marque le point de bascule pour la vente des véhicules électriques

En 2022, les voitures électriques représentaient 5% des ventes de voitures neuves. Le point de bascule vers une normalisation de ces véhicules, selon certains spécialistes.

Pourquoi est-ce important ?

Certains voient dans le basculement vers l'électrique un moyen d'atteindre la neutralité carbone. D'autres comme le moyen de sauver le secteur de l'automobile. Ce qui est une certitude, c'est que la vente de véhicules électriques parmi les véhicules neufs a augmenté de 300% en 3 ans à travers le monde.

L’actualité : Une étude récente de BloombergNEF a montré que les véhicules électriques représentaient dorénavant plus 5% des ventes de voitures neuves. Cela représente le point de bascule entre ce véhicule pour un public de niche et la démocratisation plus large.

Le détail : Les véhicules électriques représentaient 5,6 % de tous les véhicules neufs vendus l’an dernier, selon Kelley Blue Book.

  • Cela peut ne pas sembler beaucoup, mais en 2019, ce chiffre n’était que de 1,4 %. Sur la base de l’expérience d’autres marchés mondiaux, notamment en Norvège, une part de marché de 5 % semble être un point de basculement important pour une adoption plus large, a déclaré Corey Cantor, chercheur chez BloombergNEF.
  • D’autres marchés, comme la Chine et l’Europe dans son ensemble, ont affiché des tendances similaires, selon les données fournies par BloombergNEF. Le média américain inclut les véhicules hybrides rechargeables dans son décompte des « véhicules électriques », mais la grande majorité d’entre eux sont des modèles fonctionnant uniquement sur batterie.
  • Selon CNN, 5% représentent le point de bascule pour les ventes de véhicules électriques, car cela fait qu’ils rentrent dans la normale. « La part de marché globale de Hyundai aux États-Unis (5% ndlr), par exemple, est à peu près la même que celle des véhicules électriques, selon Cox Automotive, et acheter une Hyundai ne semble pas être quelque chose de bizarre ou d’inhabituel. Il commence à en être de même pour les véhicules électriques : il n’est plus rare de les voir sur les routes, ce qui permet d’envisager plus facilement d’en acquérir un », expliquent-ils.

Je pense que la demande est bel et bien là (…) C’est surtout un problème d’offre, les constructeurs n’étant pas en mesure d’en expédier suffisamment. »

Corey Cantor, chercheur chez BloombergNEF.

Maintenant, il faut faciliter l’achat

Contexte : Les voitures électriques ne font pas l’unanimité, et cela, pour plusieurs raisons comme l’autonomie des batteries ou le prix des véhicules, par exemple.

  • Le prix des véhicules électriques est encore un frein. Malgré les avantages fiscaux que proposent les différents gouvernements, le prix d’un véhicule électrique reste plus cher à modèle égal. « À véhicules comparables, les modèles électriques sont bien plus chers que les modèles thermiques. Cependant, plusieurs études prévoient que ces différences de prix s’atténueront rapidement dans les années à venir et qu’elles auront même complètement disparu d’ici 2026 ou 2027 », rapporte l’Écho.
  • L’autonomie des batteries est aussi un vrai frein pour les personnes devant réaliser régulièrement de longs trajets. En moyenne, l’autonomie de la batterie d’un véhicule électrique est de 350 kilomètres, là où certaines voitures à moteur thermique peuvent presque faire le double. C’est pour cela que de grandes entreprises comme Renault et Airbus travaillent sur de nouvelles batteries qui seront plus performantes.
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20