Airbus et Renault s’associent pour fabriquer la batterie de demain : « Faire Paris-Marseille sans recharge »

Le Parisien rapporte que les deux entreprises françaises Renault et Airbus vont s’allier dans le but de créer une batterie électrique plus performante pour les voitures électriques et des futurs avions hybrides.

Pourquoi est-ce important ?

Le monde des fabricants de moyens de transport cherche aujourd’hui une alternative aux énergies fossiles. L’électrique a pour l’instant leurs faveurs, mais les batteries ne sont pas encore assez performantes. De nouvelles batteries pourraient donc changer la donne.

Dans l’actualité : Un accord historique entre les constructeurs automobile et aéronautique a été signé dans le but de réduire l’utilisation des énergies fossiles.

  • Renault et Airbus ont signé un accord de recherche et de développement avec comme objectif une batterie plus performante pour les voitures électriques et les futurs avions hybrides.
  • Il est précisé dans l’article du Parisien que les deux entreprises vont partager leurs connaissances et travaille main dans la main dans le but de fabriquer cette nouvelle batterie plus solide, plus légère et moins chère à produire. Tout ça avec une meilleure autonomie. Sans aucune précision technique toutefois.

L’enjeu : Pouvoir utiliser des batteries à la place des moteurs, que ce soit pour les voitures ou les avions.

  • Les deux entreprises visent le zéro émission nette d’ici à 2050, selon Gilles Le Borgne, directeur de l’ingénierie chez Renault.
  • En vue de cet objectif zéro émission, Renault et Airbus souhaitent passer des batteries actuelles, au lithium, à des nouvelles batteries plus performantes et moins polluantes.
  • La batterie « nouvelle génération » serait 30 à 40% plus performante que celles que nous connaissons aujourd’hui. « L’idée serait de concevoir des véhicules capables de traverser la France, de Paris à Marseille, sans avoir besoin de recharger » explique Gilles Le Borgne. Pour les avions, « Nous pourrons alors envisager de réaliser un décollage 100 % électrique et de recharger les batteries pendant le vol » explique Sabine Klauke, l’homologue de Gilles Le Borgne chez Airbus.
  • Renault et Airbus espèrent parvenir à un produit opérationnel d’ici à 2030-2035, mais aucun partenariat industriel, pour la production éventuelle de ces batteries de nouvelle génération, n’a encore été décidé.
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20