Que signifie l’année 2022 pour le développement de l’hydrogène ?

Alors que l’année touche à sa fin, il est temps de faire le bilan. Que s’est-il passé en 2022 autour de l’hydrogène ? Un intérêt croissant à l’échelle mondiale, des projets d’hydrogène vert de plus en plus sérieux, davantage de stations de ravitaillement et de véhicules, un élan dans le développement des connaissances et des démonstrations dans l’environnement bâti. Un spoiler à l’avance : 2022 a été une bonne année pour l’hydrogène.

Au niveau mondial, l’intérêt pour l’hydrogène connaît une croissance exponentielle. Les raisons en sont, d’une part, l’accord de Paris, qui oblige les pays à travailler sérieusement à la réduction des émissions de CO2. Les pays industrialisés recherchent des combustibles et des matières premières neutres sur le plan climatique pour atteindre les objectifs imposés. L’hydrogène s’y prête bien.

D’autre part, plusieurs pays et régions cherchent à se transformer en pays exportateurs d’hydrogène. Outre les pays traditionnels utilisant l’énergie fossile, de nouvelles nations apparaissent, qui voient un grand potentiel de développement économique. C’est pourquoi plusieurs pays « offreurs et demandeurs » ont signé des contrats de coopération cette année, l’Allemagne en tête.

Les Pays-Bas s’agitent également dans ce monde en signant des accords avec l’Australie, la Namibie, le Canada, Oman, le Portugal et certains pays d’Amérique du Sud. En outre, les Pays-Bas ont décidé de participer à l’initiative allemande H2Global, qui a prévu un budget de plus d’un milliard d’euros pour les importations d’hydrogène ; ce budget pourrait être porté à 4 milliards d’euros. Les Pays-Bas participeraient à hauteur de 300 millions d’euros. Pour importer d’une manière socialement responsable, l’accent est mis sur l’inclusion des objectifs de développement durable pertinents (ODD).

L’hydrogène vert au-delà du stade de la planification

Cela m’amène à parler de la demande d’hydrogène vert. Les projets de déploiement de l’hydrogène vert (et bleu) existent depuis un certain temps, mais seuls quelques mégawatts d’électrolyseurs sont actuellement en place. Avec la récente décision d’investissement de Shell de construire son électrolyseur de 200 mégawatts (Holland Hydrogen I) à Maasvlakte 2 pour sa raffinerie, la phase de planification est enfin terminée. La réalisation est prévue pour 2025/26.

Il est à espérer que d’autres acteurs du secteur suivront en mettant en place des plans sérieux en matière d’hydrogène pour rendre leurs processus plus durables. Pensez à la production d’engrais, d’acier et de paraffine synthétique. Les présages sont bons puisque huit projets ont soumis une demande dans le cadre de la deuxième vague d’IPCEI (Important Projects of Common European Interest grant scheme) pour laquelle près de 800 millions d’euros sont disponibles. Les résultats suivront au début de l’année prochaine et l’on s’attend à ce qu’environ 1 gigawatt d’électrolyse puisse être réalisé.

Pour les plus petits projets, le programme de démonstration de RVO (DEI+) est disponible avec plus de 30 millions d’euros cette année et 70 millions d’euros l’année prochaine. Et un programme de mise à l’échelle pour les électrolyseurs jusqu’à 50 mégawatts est en préparation (250 millions d’euros). C’est une bonne perspective ! Cela permettra d’atteindre l’objectif de 500 mégawatts d’ici 2025 fixés par l’accord sur le climat.

La grande conversion de l’hydrogène

En ce qui concerne les infrastructures, les Pays-Bas sont en tête du classement mondial. Cette année, Gasunie a été chargé par le gouvernement de mettre en place une dorsale nationale de l’hydrogène qui sera partiellement opérationnelle à partir de 2027 et totalement en 2030. Les coûts de démarrage seront de 750 millions d’euros.

Récemment, le gouvernement a demandé à Gasunie d’étudier les possibilités d’une infrastructure de l’hydrogène en mer du Nord, en collaboration avec les opérateurs qui gèrent les pipelines dans cette région. Outre les pipelines, le stockage d’hydrogène dans des cavernes de sel est également à l’étude et la première caverne devrait être prête vers 2026.

Entre-temps, Energie Beheer Nederland, une entreprise publique, et ses partenaires ont cartographié le potentiel de stockage de l’hydrogène dans les gisements de gaz vides de la mer du Nord, avec un résultat globalement positif, mais aussi avec des difficultés telles que la présence éventuelle de contaminations de l’hydrogène stocké par du gaz naturel.

La mobilité se développe lentement

En matière de mobilité, des progrès raisonnables sont réalisés. Les Pays-Bas comptent désormais 14 stations-service publiques et plus de 600 voitures à hydrogène. Les provinces déploient également plusieurs dizaines d’autobus régionaux fonctionnant à l’hydrogène, notamment à Groningen, Gelderland et en Hollande-Mérdionale.

Les marchés où l’hydrogène se distingue, par exemple dans le transport routier lourd et le terrassement, voient les premières applications dans les excavatrices, les tracteurs agricoles et les camions. Dans la navigation intérieure, les premiers navires fonctionnent à l’hydrogène.

Malheureusement, il y a encore peu de subventions disponibles pour ces investissements importants pour les entrepreneurs. Heureusement, il y a la perspective d’une subvention d’environ 200 millions d’euros par le biais de la troisième vague d’IPCEI qui débutera au début de 2023. Le ministère de l’Infrastructure a également augmenté certaines subventions pour l’année prochaine, notamment pour Aanzet (camions à émissions nulles) et SSEB (matériel de construction propre et sans émissions).

Projets de démonstration dans les quartiers et les villages

Plusieurs projets de démonstration de l’hydrogène ont lieu dans l’environnement bâti. Il y a maintenant une douzaine d’initiatives allant d’une simple maison pilote à la conversion d’un village entier. La plus récente est celle de Lochem, où l’hydrogène est testé dans dix bâtiments historiques. Les projets à Hoogeveen et Stad aan ‘t Haringvliet suivront bientôt, espérons-le.

Toutes sortes de blocages politiques ont été résolus dans le cadre des quartiers hydrogène du Green Deal en 2022 et la situation juridique des résidents dans les projets hydrogène est claire.

Ces projets visent d’ailleurs à tester l’hydrogène comme vecteur d’énergie durable adapté à l’environnement bâti ou comme complément aux options de durabilité existantes, telles que l’électrification et les réseaux de chaleur.

Besoin de certitude en matière de politique gouvernementale

Le rôle du gouvernement a déjà été évoqué à plusieurs reprises. De nombreux travaux sont en cours pour stimuler les politiques et les réglementations relatives à l’hydrogène. Au total, quelque 4 milliards d’euros ont déjà été débloqués pour les instruments. Cela mérite des éloges et c’est un excellent début ! Mais malheureusement, nous n’en sommes pas encore là.

Entre autres choses, le manque de clarté à Bruxelles sur la REDIII (directive sur les énergies renouvelables) ralentit les choses. Espérons qu’en 2023, les ballons d’essai de Bruxelles seront convertis en une politique stable et fiable, afin que les investisseurs sachent à quoi s’en tenir.

Stimuler le développement des connaissances

Sur le front de la connaissance et de l’innovation, il y a des raisons d’être optimiste. En 2022, la deuxième partie de GroenvermogenNL, le programme d’innovation soutenu par le fonds de croissance national, a été honorée. Un montant de 838 millions d’euros est disponible pour la recherche, la démonstration, le renforcement et la formation.

HyDelta est un programme de R&D réussi entre les gestionnaires de réseau et les chercheurs. Entre autres, NSE (North Sea Energy) cartographie le potentiel de l’hydrogène en mer du Nord, et au sein de la plateforme de connaissances HEROW, qui a été créée ce mois-ci, l’éolien offshore lié à la production d’hydrogène occupe une place centrale.

En outre, les programmes réguliers du RVO, du NWO et de la Commission européenne comprennent de nombreux projets d’innovation impliquant l’hydrogène. Nous disposons ainsi d’une riche moisson d’initiatives qui fournissent des indications précieuses pour développer l’hydrogène dès que possible.

Le spoiler l’a révélé : 2022 a été une bonne année pour l’hydrogène dans presque toutes les dimensions. Il y a trop de choses à énumérer, la sélection dans ce récit ne lève qu’une partie du voile. Si l’on peut faire un vœu pour 2023, c’est que de nombreux projets concrets soient le point de départ de la montée en puissance de la contribution forte de l’hydrogène à la transition énergétique.

(CP)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20