Pourquoi les zèbres ont-ils des rayures ?

Les rayures noires et blanches du zèbre figurent parmi les grandes énigmes du monde vivant. Elles sont un mystère pour la communauté scientifique depuis des décennies : pourquoi donc sont-elles apparues, et à quoi servent-elles ?

Au fil des années, plusieurs hypothèses ont été avancées, mais elles ont toutes été rejetées faute de preuves solides.  Se camoufler ? Réguler sa température ? Se reconnaître les uns les autres ? Brouiller la vue des prédateurs ? Il semblerait que la réponse se trouve ailleurs…

Une protection contre les insectes piqueurs

L’explication la plus plausible est que les rayures servent à repousser les mouches, taons et autres insectes suceurs de sang. L’idée de « rayures anti-mouches » n’est pas nouvelle, mais elle se trouve en ce moment sur le devant de la scène grâce à de nouvelles observations réalisées par Tim Caro, biologiste à l’université de Californie à Davis. Après des années passées à se demander pourquoi les zèbres ont des rayures (il a même écrit un livre à ce sujet), il a voulu en avoir le cœur net.

Avec des collègues, il s’est rendu dans le sud-ouest de l’Angleterre, plus précisément à Hill Livery, une écurie où cohabitent des zèbres en captivité et des chevaux domestiques. Puis, les chercheurs ont acheté des couvertures pour chevaux avec des motifs à rayures comme des zèbres.

Puis, ils ont filmé, observé et comparé le comportement des taons et autres mouches sur les zèbres, chevaux, et chevaux habillés en zèbre. Le résultat ? Les mouches voient les zèbres, s’approchent des zèbres mais… n’arrivent pas à atterrir sur les zèbres. Au moment crucial de l’attaque, elles les ratent ou elles les percutent et rebondissent.

Les zébrures semblent perturber la vision des mouches

Le même phénomène a été observé pour les chevaux vêtus d’une couverture rayée. Ils étaient beaucoup moins assaillis par les mouches, sauf pour la tête qui n’était pas couverte. Et ceci n’est pas seulement dû à « l’effet couverture » : en effet, des couvertures unies n’ont pas eu cet effet de repoussoir de mouches. Le secret serait dans les rayures.

Les zèbres sont particulièrement sensibles aux maladies mortelles transmises par les taons et les mouches tsé-tsé. Ils sont aussi vulnérables aux attaques d’insectes, car ils ont le poil court, ce qui fait que les insectes piqueurs peuvent accéder plus facilement à leurs vaisseaux sanguins.

Alors, pourquoi les mouches ont-elles tant de mal à se poser sur des surfaces rayées ? Les mécanismes impliqués restent flous, mais il est possible que les zébrures gênent le flux optique qui sert aux mouches à évaluer leur vitesse et la distance qui les sépare des objets proches. Il est aussi possible qu’elles prennent les bandes noires pour des arbres, et percutent les bandes blanches en essayant de voler entre deux ‘troncs’.

Le mystère n’est donc pas entièrement dévoilé… Pour Tim Caro et son équipe, les tests et expériences continuent !