Waymo: ‘Tesla n’est vraiment pas un concurrent pour les voitures autonomes’

Une des voitures autonomes de Waymo en test à Mountain View, en Californie
Photo by Yichuan Cao/Sipa USA

Le CEO de Waymo, John Krafcik, est convaincu que Tesla ne représente pas une véritable concurrence pour sa société de taxis autonomes Waymo.

Si Waymo et Tesla semblent tous deux être en course pour faire débarquer la première voiture autonome sur les routes, John Krafcik estime que la filiale d’Alphabet l’a déjà emporté sur son rival depuis longtemps. Et les faits tendent à lui donner raison: les premiers véhicules autonomes de Waymo circulent déjà, tandis que Tesla a été contraint d’abandonner le terme ‘Autopilot’ pour des raisons juridiques.

Une meilleure IA?

Elon Musk, qui se prive rarement de répondre à ses détracteurs, a contredit John Krafcik en affirmant que ‘Tesla dispose d’un meilleur hardware et software d’IA que Waymo’. Les deux hommes se disputent régulièrement au sujet de qui a la voiture la plus autonome. Waymo a remporté la bataille à domicile et dispose de taxis autonomes à Phoenix, en Arizona.

De son côté, Tesla a développé une mise à jour, ‘self-driving’, qui fonctionne déjà en version bêta, mais dont le nom est trompeur. Car la voiture ne peut pas, vous l’aurez compris, se conduire toute seule. Soit dit en passant, c’est également le cas des taxis de Waymo puisqu’il n’y a qu’à Phoenix que le projet pilote a été autorisé. En Europe, il reste totalement interdit.

Pas un tour de magie

Les déclarations de John Krafcik ont été publiées par le magazine allemand Manager, auquel le CEO a accordé une interview. Le patron de Waymo a également déclaré que la stratégie de Tesla d’améliorer progressivement le logiciel Autopilot jusqu’à ce qu’il puisse ‘un jour, comme par magie’ fonctionner sans supervision humaine est ‘une idée fausse’. ‘En termes de robustesse et de précision, nos capteurs sont bien meilleurs que ce que nous voyons actuellement sur les routes de la part d’autres fabricants, a-t-il ajouté.

Le système self-driving de Tesla nécessite toujours d’avoir un conducteur humain au volant. Selon plusieurs vidéos YouTube montrant des personnes essayant la version bêta, cette conduite ‘autonome’ nécessite encore beaucoup de réglages.

Lire aussi: