Jeu, set et match pour Warren Buffett : le vétéran bat encore la bourse sur toute la longueur

Année compliquée pour la bourse, mais plutôt bonne pour le portefeuille de Berkshire Hathaway, la société de Warren Buffett, qui finit l’année bien mieux que les principaux indices. Warren Buffett ne manque pas à sa réputation : une crise ne lui fait pas froid aux yeux.

Pourquoi est-ce important ?

Hausses des taux d'intérêt, inflation, guerre, crise énergétique... 2022 a été une année difficile pour les bourses, les principaux indices ayant tous lâché du lest et les investisseurs ayant perdu de l'argent... mais pas tous.

Les chiffres : L’Oracle d’Omaha, du haut de ses 92 ans et comme souvent lors d’un coup de mou à Wall Street, bat le marché haut la main.

  • L’année touche à sa fin : c’est l’heure du bilan. Là où le S&P 500, l’indice phare de Wall Street, a perdu 18,5% depuis le début de l’année (le 31 décembre, il affichait encore son record de tous les temps) et le Nasdaq 31%, le conglomérat de Warren Buffet, Berkshire Hathaway est actuellement dans le vert, comparé au niveau du premier janvier.
  • À moins d’un pour cent certes, avec le taux de clôture de vendredi soir, mais c’est toujours mieux que les indices. En milieu de semaine, c’était 4% de plus qu’au début de l’année. Bref, d’ici le Nouvel An, il est très peu probable les indices repassent devant Buffett.

L’essentiel : des paris gagnants.

  • C’est surtout deux actions qui poussent le cours de Berkshire vers le haut. Chevron par exemple a gagné 50% depuis le début de l’année (la meilleure performance du Dow), et Occidental Petroleum a vu sa valeur gagner plus du double (la meilleure performance du S&P 500), fait remarquer CNN Business.
    • Pour ces deux entreprises pétrolières, Buffet a augmenté sa participation tout au long de l’année.
  • Autres joyaux de la couronne : les valeurs de la consommation, notamment Heinz et Coca-Cola, en hausse de respectivement 11 et 7% depuis le premier janvier.
  • C’est surtout Apple, la plus grosse part du portefeuille, qui tire Berkshire vers le bas : l’action a perdu près de 25% depuis le début de l’année. Autre bémol en 2022 : une perte monstre de 40 milliards de dollars survenue au deuxième trimestre.

Le détail : en période de crise, Buffett est comme un poisson dans l’eau.

  • Il a acheté sa première action quand les bombes japonaises tombaient sur Pearl Harbour et que le monde s’enfonçait dans la pire guerre de tous les temps, aime-t-il rappeler.
  • Ainsi, pour Buffett, les crises sont une opportunité pour investir. Il est « cupide là où d’autres ont peur », selon ses dires.
  • Reste à voir si ses recettes seront encore gagnantes en 2023. Pour les actifs financiers par exemple (le portefeuille a des parts dans des banques américaines, entre autres), il est probable que les revenus baissent, à cause de la hausse des taux d’intérêt, qui fait chuter la demande pour les prêts. Pour le pétrole, le cours continue sa chute, par crainte d’une récession mondiale. Mais Warren Buffett a sans doute plus d’un tour dans son sac.
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20