Votre visage deviendra bientôt votre passeport

Depuis la pandémie de Covid-19, les aéroports américains adoptent massivement des méthodes d’identification biométrique pour automatiser complètement les voyages.

La biométrie est un moyen précieux pour de nombreuses entreprises et autorités de vérifier l’identité des personnes. Par exemple, la collecte des empreintes digitales des non-Américains entrant dans le pays est établie depuis longtemps aux États-Unis. Mais de nouveaux types de biométrie, qui vérifient d’autres parties uniques de notre corps, sont très demandés depuis la pandémie, en particulier dans le secteur américain des voyages.

Alors que le nombre de voyageurs reste faible pendant la pandémie de Covid, les aéroports, les entreprises technologiques et même les agences gouvernementales investissent de plus en plus dans les innovations biométriques pour rendre l’expérience de voyage plus fluide, pour ainsi dire. Le besoin de « distance sociale » et les processus sans contact n’ont fait que renforcer cette tendance, écrit le New York Times.

99,5 % de précision

« Les technologies sont devenues beaucoup plus sophistiquées et la précision est beaucoup plus grande », a déclaré Robert Tappan, directeur général de l’International Biometrics + Identity Association, au journal américain Quality. Selon M. Tappan, l’utilisation accrue de cette technologie pourrait réduire les contacts entre les personnes. Un avantage « accéléré par Covid ».

La reconnaissance faciale, en particulier, fait fureur aux États-Unis. Selon une étude du National Institute of Standards and Technology, avec une précision de 99,5 %, cette technologie serait beaucoup plus fiable que la numérisation de l’iris ou des empreintes digitales.

« Le scanner d’iris a souvent été salué comme le système le plus infaillible. Mais pour que la biométrie fonctionne, il faut pouvoir comparer les données avec une source de données fiable. Le visage est le plus facile à utiliser à cette fin, car il figure sur tous les documents essentiels, tels que le permis de conduire, le passeport, etc. », a déclaré Sherry Stein, responsable de la technologie de la société suisse de biométrie SITA.

Qu’en est-il de la vie privée ?

L’utilisation de la biométrie pour contrôler les personnes qui entrent aux États-Unis est autorisée par le Congrès américain depuis les attentats du 11 septembre 2001. Cependant, plusieurs voyageurs ont depuis exprimé leur inquiétude quant à la violation des lois sur la vie privée. Les entreprises et les agences gouvernementales affirment toutefois que les données collectées ne font l’objet d’aucun suivi et que, de plus, elles sont obtenues de manière entièrement volontaire.

« La vie privée est évidemment un gros casse-tête, comme il se doit. Ainsi, la plupart de ces nouveaux programmes seront opt-in (votre nom ne sera pas associé aux données si vous ne le souhaitez pas, ndlr) et le gouvernement essaie de créer une audience présélectionnée », a déclaré au journal new-yorkais Jason Van Sice, vice-président de l’aviation chez NEC Corporation of America, une société qui travaille dans le domaine de la biométrie depuis les années 1970.

Selon M. Van Sice, l’impact économique dramatique de la pandémie est en effet un facteur majeur d’automatisation des processus par la biométrie. En effet, cette technologie permettrait aux entreprises du secteur du voyage d’économiser beaucoup d’argent. « Il propulse en avant une transformation numérique qui était déjà en cours », conclut Van Sice.

Et les voyageurs eux-mêmes y sont moins réticents qu’on ne le pensait au départ. Selon une enquête récente de l’Association internationale du transport aérien, 73 % des voyageurs américains seraient prêts à partager leurs données biométriques si cela pouvait améliorer l’accessibilité des aéroports. Ce chiffre s’élevait à environ 46 % en 2019, selon le New York Times.

Se préparer au retour des voyages internationaux de masse

Selon certains experts, la tolérance à l’égard de l’utilisation des données biométriques par les entreprises et les autorités serait plus élevée qu’auparavant, car elles sont de plus en plus utilisées dans la vie quotidienne. Par exemple, vous pouvez déverrouiller votre smartphone ou ouvrir votre application bancaire avec votre empreinte digitale ou votre visage.

« La mise en œuvre des plateformes fluides et sans contact se déroule actuellement à grande vitesse dans le monde entier et l’impact ne devrait pas se faire sentir avant 2022, car la mise en œuvre (de nouvelles technologies, ndlr) prend généralement 12 à 18 mois pour être effective », a déclaré Jeff Lennon, vice-président des partenariats mondiaux chez Vision-Box, une société de biométrie qui fournit des services à plus de 100 aéroports, dont JFK à New York. « Cela cadre bien avec le retour attendu des voyages internationaux de masse l’année prochaine », conclut M. Lennon.

La question de l’abandon des nouvelles données biométriques pour les voyageurs non américains n’est pas encore tout à fait claire.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20