Voici ce qui permet à Tesla de faire des bénéfices (et ce ne sont pas ses voitures)

Tesla a enregistré ses premiers bénéfices nets au cours de l’année 2020, après 17 ans d’existence. Mais ce n’est pas l’attrait grandissant pour les voitures électriques qui a permis cet exploit, mais bien les ambitions climatiques de plusieurs pays.

Les politiques zéro carbone de plusieurs pays indiquent précisément le pourcentage de voitures électriques ou les émissions maximales de CO2 total du parc automobile de la marque. Les entreprises qui n’arrivent pas encore à ces seuils peuvent racheter les excédents des firmes plus écologiques.

Tesla, produisant uniquement des voitures électriques, peut se targuer d’avoir un parc automobile qui ne produit pas de CO2 à l’utilisation. L’entreprise d’Elon Musk peut donc vendre allégrement ses quotas en trop. En 2020, cela lui a rapporté 3,3 milliards de dollars. Sans ces aides, Tesla n’aurait pas pu annoncer un bénéfice net de 721 millions de dollars récemment.

Pour certains experts, ce premier bénéfice net en 17 ans d’existence explique pourquoi le cours boursier de Tesla a tant augmenté l’année dernière. Entre janvier 2020 et janvier 2021, le prix des actions a été multiplié par 10.

Mais pour combien de temps ?

Toutefois, la vente de quotas n’est pas l’activité principale de Tesla. Son but premier est de vendre des voitures électriques. Et pour cela, l’entreprise est toujours en négatif. La question est de savoir si Elon Musk réussira à rendre ses voitures rentables avant que la vente de quotas disparaisse.

Aujourd’hui, les constructeurs automobiles se lancent de plus en plus dans l’électrique. Ce lancement est progressif et ils n’ont donc pas tous encore atteint les objectifs fixés. Mais au fil des années, la part des voitures à zéro émission va croître et les entreprises automobiles n’auront plus à racheter des quotas à Tesla.

En outre, pour atteindre leur objectif zéro émission, les États n’autoriseront plus de quotas d’émission. Toutes les entreprises devront montrer que leurs émissions sont nulles. Et pour cela, soit elles devront supprimer toutes leurs émissions lors de la production et de l’utilisation de leur véhicule, soit elles devront trouver des solutions pour capter les émissions produises.

Avenir risqué

Tesla ne pourra bientôt plus compter sur la vente de quotas et devra également faire face à une concurrence beaucoup plus ferme. Elon Musk peut se targuer encore aujourd’hui d’avoir la seule entreprise automobile 100% électrique. Mais de nombreuses entreprises, comme GM Motor, veulent aussi atteindre ce niveau dans les prochaines années.

En Europe déjà, la concurrence sur le marché électrique est tellement forte que trois autres groupes automobiles ont déjà dépassé la firme américaine en nombre de voitures vendues. Il faut se dire aussi que ces marques classiques proposent souvent des modèles beaucoup moins chers qu’une Tesla. Et cela attire des consommateurs qui aiment l’idée de l’électrique, mais qui ne peuvent pas se permettre une voiture haut de gamme.

L’avenir de Tesla est donc risqué. L’entreprise ne pourra certainement plus croître aussi fortement que ces dernières années. Pour certains experts, il lui reste encore une marge de progression, mais en possédant moins de parts de marché.  

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20