Voici 5 prédictions d’un expert sur le Bitcoin en 2021

Le Bitcoin  fait à nouveau l’objet de toutes les attentions. Ce n’est pas une coïncidence, car la cryptomonnaie bat les records les uns après les autres. Mais le Bitcoin pourra-t-il  maintenir cette popularité en 2021 ? Un expert s’est risqué à faire quelques prédictions.

Au moment d’écrire ces lignes, le Bitcoin vaut environ 24.000 dollars. Il semblerait en effet que son ascension soit sans fin. Quelques personnes se montrent néanmoins plus sceptiques, tandis que d’autres sont convaincues que la  cryptomonnaie pourrait valoir 50.000 dollars d’ici à l’année prochaine.

Selon James Ledbetter, un auteur spécialisé dans les pièces cryptées, il est difficile de prévoir quelle direction prendra le Bitcoin en 2021. Néanmoins, il s’est aventuré sur quelques pistes. 

La monnaie restera très volatile

Selon M. Ledbetter, le Bitcoin connaîtra aussi beaucoup de rebonds en 2021. La cryptomonnaie est complètement détachée d’une politique centrale. Une décision de la Banque centrale européenne ou de la Réserve fédérale, par exemple, n’aura pas d’impact direct sur son taux. Le prix de la cryptomonnaie est donc très imprévisible.

M. Ledbetter souligne qu’investir dans le Bitcoin n’est pas destiné aux investisseurs qui recherchent une alternative sûre pour leurs économies.

Une base de soutien plus large

M. Ledbetter s’attend à ce qu’il y ait une base de soutien plus large pour le Bitcoin en 2021. De plus en plus d’entreprises semblent marquer un intérêt pour la monnaie cryptée. Par exemple, l’année prochaine, Visa lancera une carte de crédit avec laquelle vous pourrez économiser des Bitcoins.

Mais plusieurs sociétés ont déjà devancé les entreprises qui proposent ce type de carte. Les utilisateurs américains de PayPal, par exemple, ont récemment pu acheter et vendre des Bitcoins.

L’expert s’attend à ce que les banques s’intéressent également à la cryptomonnaie. Il suppose qu’au moins une grande banque américaine ou européenne annoncera l’année prochaine le lancement d’une plateforme sur laquelle les pièces cryptées pourront être échangées ou sauvegardées.

La concurrence des grandes technologies

La banque numérique est en plein essor depuis plusieurs années. Diverses technologies de pointe ont également fait leur apparition dans notre pays. Pensez par exemple aux cartes de crédit de Revolut et de N26. Les Fintechs offrent généralement des taux compétitifs pour les transactions qui s’accompagnent d’un prix élevé dans les banques traditionnelles. Les faibles taux de change, par exemple, sont l’un des points forts des cartes de crédit Revolut et N26.

Le Bitcoin s’inscrit donc parfaitement dans les diverses stratégies fintechs. Grâce aux pièces cryptées, il est beaucoup plus facile et moins cher de payer à l’étranger. Même Facebook voit en la monnaie cryptée du pain béni. Le géant des réseaux sociaux travaille actuellement sur sa propre monnaie numérique, appelée Diem. ‘Cette pièce s’appelait autrefois Balance. Ce n’est pas une pure pièce de cryptographie, mais elle peut toujours arracher la part de marché d’une pièce de monnaie », selon Ledbetter.

La concurrence des banques centrales

Les banques centrales pourraient également miser sur le Bitcoin. Selon un rapport de la Banque des règlements internationaux, 80% des banques centrales travailleraient sur une monnaie numérique, y compris la Banque centrale européenne (BCE).

La Chine est même allée plus loin et a lancé un projet pilote avec des pièces cryptées dans plusieurs grandes villes.

Réglementation des pièces cryptographiques

Ledbetter n’exclut pas que certains pays, dont les États-Unis, réglementent la cryptomonnaie.

‘De nombreux investisseurs oublient en effet que le Bitcoin est surtout apprécié des criminels et des fraudeurs. De telles pratiques n’ont pas échappé au législateur’, déclare-t-il.