Les maisons de repos sont dans le rouge: ‘Ce qu’on veut éviter à tout prix, c’est le chômage économique et les licenciements’

Les sous-titres peuvent être activés en français.

Le gros de la crise sanitaire passé, les maisons de repos font face à une autre crise: leurs finances sont dans le rouge. À l’instar des hôpitaux, le secteur s’inquiète du manque de soutien. Vincent Frédéricq, président de la fédération des maisons de repos (Femarbel), tire la sonnette d’alarme.

Le covid-19 a eu une conséquence dont les médias ont peu parl: l’épidémie a non seulement coûté des vies, mais elle a aussi privé de revenus certaines maisons de repos. ‘On estime que la moyenne de baisse du taux d’occupation est de 10%.’ A un prix moyen de 51 euro par lit, par jour, ‘il y a des trous de trésorerie extrêmement importants qui se sont créés’, nous explique Vincent Frédéricq.

‘Ce qu’on veut éviter à tout prix, c’est le chômage économique et les licenciements’. Comment ? Le secteur attend toujours les mesures de soutien des Régions. ‘C’est impératif’, juge le président de Femarbel, et ce ‘rapidement et sur la longueur’. C’est-à-dire ? ‘Au minimum jusqu’à la fin du 3e trimestre et plus probablement jusqu’à la fin de l’année’.

En Wallonie, un montant de 650 euros par lit agrée a été libéré. C’est relativement peu: ‘Un peu moins de 8 euros par jour’, rétorque notre interlocuteur. À Bruxelles, ce montant est de 250 euros.

Plan de relance ?

C’est pourquoi les Régions tablent maintenant sur un plan de relance post-crise. ‘Pour nous, c’est plutôt un plan de sauvegarde de l’existant. Le secteur ne sortira de la crise qu’à la fin de l’année 2020.’

Pour la suite, la phase 2 du déconfinement prévoit un élargissement des visites pour début juillet. Les résidents pourront également sortir des établissements pour effectuer des visites dans leur famille.

L’autre grand objectif à venir est une stratégie de testing: ‘Tout nouvel arrivant, que ce soit un résident ou un membre du personnel, doit être testé au préalable.’ Au total, 3% du personnel et 4% des résidents ont été déclarés positifs lors de la précédente campagne de tests.