INTERVIEW | ‘Il y a des travailleurs indépendants qui n’ont plus un balle, c’est une catastrophe’

Ce lundi matin, des milliers de commerçants de Belgique se préparent à rouvrir boutique ! La nouvelle est tombée vendredi : les commerces dits « non essentiels » peuvent reprendre du service dès le 1er décembre. Une décision très attendue, mais qui ne satisfait pas tout le monde.

Business AM en discute avec Vincent Maillen, un entrepreneur qui a créé le groupe Facebook « INDEPENDANT » qui réunit aujourd’hui plus de 43.000 personnes. Une organisation d’indépendants, freelances, artistes, artisans qui pèse suffisamment lourd aujourd’hui pour être écoutée très sérieusement par les politiques.

Manque de cohérence

Oui, la réouverture de certains commerces est une nouvelle importante, plutôt bonne pour beaucoup, même si toute une série de mesures seront à respecter, dans un climat de fêtes en mode mineur. On le rappelle : une seule personne par foyer, excepté pour les personnes isolées qui peuvent recevoir deux invités. Cela signifie qu’il n’y aura pas de grands repas, moins de cadeaux, à peine quelques jolies tenues de soirée. « On nous dit qu’on peut acheter des cadeaux, mais on ne peut pas les offrir… Je comprends la volonté de dire qu’on peut acheter avec un protocole, là je suis d’accord. Je ne fais pas une fixation sur le fait de se réunir ou non. Je fais une fixation sur le manque de cohérence. On a le droit d’aller s’agglutiner dans des supermarchés à 50, toucher tous les produits, là on peut tout faire. Par contre, on ne peut pas aller un par un chez le coiffeur ou l’esthéticienne avec un masque, des gants et toute une série de protections. » Et c’est sans parler des dernières sorties du ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke, qui fait frissonner plusieurs organisations d’indépendants en annonçant que les petits commerces ne sont pas des lieux où la propagation du virus est importante. Et que la mesure de fermeture du second confinement était surtout une décision « coup de point », qui voulait jouer avant tout sur le psychologique de la population…

« Il nous faut du cash ! »

Coiffeurs et esthéticiennes, mais aussi tous les métiers de contacts, HoReCa, l’événementiel… Ceux qui restent à l’arrêt perdent littéralement patience. « Il y en a qui sont de nouveau laissés pour compte, et ça suffit. Maintenant, soit on avance dans les reports de crédits, les assurances, etc. Soit on sort dans la rue. Là maintenant, on en a marre. Ça fait des mois qu’on essaie d’avancer main dans la main, certains politiques veulent avancer, mais il faut que les aides arrivent beaucoup plus vite ! Il nous faut du cash ! Il y a des travailleurs indépendants qui n’ont plus un balle, c’est une catastrophe ! Il faut quand même se rendre compte, et c’est ce qui me met hors de moi : on paie des cotisations sociales, des impôts, des taxes par centaines de millions d’euros par an. Quelque part, on nourrit ce pays aussi. Et aujourd’hui, on a un peu faim, un peu soif, et on ne nous rend pas une partie ! »

Les tensions et les angoisses augmentent, Vincent Maillen se bat pour trouver des pistes de solution, et ça finit d’ailleurs par payer, doucement mais sûrement. « J’ai viens de recevoir un mail du cabinet David Clarinval qui annonce certaines des mesures que je lui avais demandées, notamment concernant le report d’impôts, TVA, avec annulation des amendes, des étalements, etc. Le bras de l’Etat commence enfin à comprendre qu’il doit arrêter de frapper, ou en tout cas qu’il est temps de frapper moins fort. »

Plus
Lire plus...
Marchés