Urine, excréments… Amazon était au courant depuis près d’un an du calvaire vécu par ses livreurs

(Isopix)

Selon un mémo que s’est procuré The Intercept, Amazon était au courant depuis le printemps 2020 que ses livreurs étaient contraints d’uriner dans des bouteilles, voire de déféquer, à bord de leurs véhicules faute de toilettes ou temps.

Plus tôt ce mois-ci, un article publié dans The Guardian éclairait d’une lumière crue les conditions dans lesquelles doivent travailler les livreurs d’Amazon aux États-Unis. Journée de 14 heures, pression constante, manque d’accès à des sanitaires… ‘Chaque fois qu’une camionnette est hors de la route ou s’arrête pendant plus de trois minutes, l’entreprise de livraison en est informée. Un dispatcheur m’appelait personnellement chaque fois que je m’arrêtais pour aller aux toilettes’, expliquait notamment James Meyers, un ancien chauffeur, au quotidien britannique.

Conséquence directe de ces pratiques: les chauffeurs n’auraient donc souvent d’autre choix que d’uriner dans une bouteille en plastique à bord de leur véhicule, même les femmes. Des affirmations qui ont rapidement été démenties par le géant de l’e-commerce…

‘Les chauffeurs ne peuvent pas, ne DOIVENT PAS, ramener des sacs avec des excréments à l’intérieur’

Mais un mémo interne publié jeudi par le média d’investigation The Intercept semble prouver qu’Amazon était bel et bien au courant du problème, et ce depuis près d’un an au moins, sans pour autant y apporter une solution concluante.

Selon cet e-mail daté de mai 2020, le management d’Amazon admonestait les travailleurs pour avoir uriné dans des bouteilles et déféqué dans des sacs pendant leur travail.

‘Ce soir, un associé a découvert des excréments humains dans un sac Amazon ramené au poste par un chauffeur’, peut-on lire dans le courriel. ‘C’est la troisième fois au cours des deux derniers mois que des sacs sont retournés au poste avec des excréments à l’intérieur. Nous comprenons que les DA (chauffeurs associés) puissent avoir des urgences sur la route, et surtout pendant cette période de Covid, les DA ont du mal à trouver des toilettes pendant leurs livraisons. Quoi qu’il en soit, les DA ne peuvent pas, ne DOIVENT PAS, renvoyer des sacs à la station avec des excréments à l’intérieur.’

‘Implicitement forcés’

L’e-mail ajoute encore que ‘nous avons remarqué une augmentation récente de toutes sortes de déchets insalubres laissés à l’intérieur des sacs: masques usagés, gants, bouteilles d’urine.’

À The Intercept, des livreurs ont déclaré que le problème était régulièrement évoqué lors de discussions internes. L’un d’entre eux, qui ne travaille plus pour Amazon aujourd’hui, a expliqué que les chauffeurs étaient ‘implicitement forcés de le faire, sinon nous finirions par perdre notre emploi pour trop de « paquets non livrés »’.

Ce n’est bien sûr pas la première fois qu’Amazon se retrouve cloué au pilori pour la manière dont l’entreprise traite ses employés.

Encore récemment, le sénateur américain Bernie Sander a tancé le CEO du géant de l’e-commerce, Jeff Bezos, pour son refus de laisser ses travailleurs se syndiquer.

Pour aller plus loin: