Universelle et pas chère: voici la route qui recharge les voitures électriques

Pour que l’ensemble des automobilistes acceptent de se tourner vers l’électrique, un des grands défis à relever est la facilitation des dispositifs de recharge. Plutôt que de multiplier les bornes sur le long des routes… pourquoi ne pas mettre ces dernières à profit ?

Depuis plusieurs années, de nombreuses sociétés partout dans le monde s’activent ardemment pour créer des routes rechargeables. Certaines ne fonctionnent pas très bien, d’autres se montrent assez efficaces. Mais au-delà de l’aboutissement de la technologie, il faut passer un autre cap: celui du prix. En effet, les routes testées jusqu’ici s’avèrent relativement coûteuses.

Mais comme toujours, à force de se creuser les méninges, les sociétés finissent par dégoter une technologie efficace qui s’avère moins onéreuse. C’est en tout cas le pari fait par les autorités du ministère des Transports de l’Indiana, la National Science Foundation (une agence indépendante du gouvernement des États-Unis, destinée à soutenir financièrement la recherche scientifique fondamentale), l’université de Purdue et la firme allemande Magment. Le but de cette association public/privé: développer un « ciment magnétisé », qui contiendrait des particules chargées d’un champ magnétique.

La recherche se déclinera en trois volets:

  1. Des essais en laboratoire
  2. Un test sur une portion de route de 400 mètres
  3. Un test de cette même section sur des camions lourds fonctionnant à haute puissance (200 kW et plus)

Si ces trois phases fonctionnent bien, l’Indiana compte utiliser la technologie sur un tronçon beaucoup plus long d’une de ses autoroutes inter- États.

De fameux atouts, en théorie du moins

Les ambitions de ces différents organismes publics américains et de Magment sont dévorantes. A priori, leur produit doit offrir « une efficacité de transmission sans fil record [allant] jusqu’à 95% ». Il est destiné à être universel et pourrait être exploité à des « coûts d’installation standards pour la construction de routes ».

La technologie est également « robuste et résistante au vandalisme » ainsi qu’à « toutes les conditions météorologiques. La société note aussi que les dalles dans lesquelles sont intégrées les particules de ferrite pourraient être fabriquées localement.

« Ce projet est un véritable pas en avant vers l’avenir de la recharge dynamique sans fil qui établira sans aucun doute la norme pour une électrification des transports abordable, durable et efficace », s’est félicité Mauricio Esguerra, PDG de Magment.

« L’Indiana est connu comme le carrefour de l’Amérique et nous nous sommes engagés à renforcer notre position de leader en matière de transport en innovant pour soutenir la technologie émergente des véhicules », s’est de son côté réjoui le gouverneur de l’Indiana, Eric J. Holcomb. « Ce partenariat visant à développer une technologie de recharge sans fil pour les autoroutes envoie un signal fort indiquant que l’Indiana est à la pointe de la fourniture de l’infrastructure nécessaire pour soutenir l’adoption des véhicules électriques. »

Sur le même sujet:

Plus
Lire plus...
Marchés