Une réelle baisse des chiffres pour ce dimanche ou un simple effet week-end?

Daina Le Lardic / Isopix

Par rapport aux chiffres annoncés en début de semaines, les hospitalisations et le nombre de décès ont bien diminué ce dimanche. Mais en ce dernier jour d’un long week-end, il est trop tôt pour y voir une véritable tendance.

Les chiffres de ce dimanche:

  • 77 personnes ont été admises à l’hôpital, alors que 98 patients ont pu en sortir.
  • Au total, 3.056 malades sont soignés à l’hôpital. 674 se trouvent en unités de soins intensifs, soit une diminution de 15 en 24 heures.
  • Au cours des 24 dernières heures, 79 décès ont été rapportés: 44 à l’hôpital et 35 en maison de repos.
  • 389 tests sont revenus positifs dont 155 dans les maisons de repos. Le total des cas positifs depuis le début de l’épidémie en Belgique est de 49.906.

Le rapport complet de l’institut Sciensano est disponible ici.

Analyse

Les hospitalisations et les décès se situent maintenant en dessous de la barre des 100. Des chiffres qu’on n’avait plus vu un petit bout de temps. Le nombre de cas détectés, même s’il reste important, diminue aussi progressivement depuis quelques jours. En se référant aux graphiques du statisticien Nicolas Vandewalle, les chiffres de ce dimanche semblent suivre la tendance à la baisse qu’on peut observer depuis le début de la semaine.

Cependant, il se peut simplement que tous les chiffres n’ont pas pu être collectés suite à ce long week-end. Il faut donc attendre les annonces de ces prochains jours pour être sûrs qu’il y a une baisse significative du nombre d’infections à coronavirus en Belgique ou si les chiffres vont repartir rapidement à la hausse.

Avec le déconfinement qui commence demain, un véritable ralentissement de la maladie serait plus que bienvenu. Toutefois, il faut se souvenir que pour conserver une tendance à la baisse, la distanciation sociale et le lavage des mains doivent être maintenus. Le port du masque est vivement conseillé, voire même obligatoire dans les transports en commun à partir de lundi.

Après le début du déconfinement, ces gestes barrières vont devenir les seuls facteurs sur lesquels nous pouvons jouer pour éviter une reprise trop importante de l’infection. Car pour Nicolas Vandewalle, il est certain qu’il y aura une deuxième vague. Le taux de reproduction de la maladie risque de reprendre de plus belle puisque nous seront en contact avec plus de personnes. Il faudra maintenant voir à quel point il va remonter. Le statisticien propose trois scénarios: avec un taux de reproduction 20% plus haut, 30% plus haut ou 40% plus haut. Dans chaque cas, les hôpitaux et plus particulièrement les unités de soins intensifs seront pris d’assaut.