Markten:
Markten inladen...

JEUDI 13 AOûT

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

Un tremblement de terre: Unilever stoppe ses pubs sur Facebook et Twitter jusque fin 2020, au moins…

Logo Business AM
Politique

26/06/2020 | Baptiste Lambert | 4 min de lecture

Mark Zuckerberg, CEO en oprichter van Facebook. - EPA

Que ce soit une simple posture ou plus, la décision d’Unilever est une petite bombe dans le monde de la publicité en ligne. Le géant industriel suspend ses annonces américaines de Facebook, Instagram et Twitter ‘jusqu’à la fin de l’année au moins’, rapporte le Wall Street Journal.

‘Compte tenu du cadre de notre responsabilité et de l’atmosphère polarisée aux États-Unis, nous avons décidé que nous ne diffuserons plus de publicité de (nos) marque(s) sur les plateformes Facebook, Instagram et Twitter aux États-Unis, jusqu’à la fin de l’année au moins’.

Le communiqué fait directement référence aux discours de haine fort répandus sur les réseaux sociaux. Unilever emboîte le pas de plusieurs autres marques avec le mouvement #stophateforprofit.

Juste un début ?

Si la marque North Face a été l’une des premières grandes marques à se jeter à l’eau, avec un géant comme Unilever, le mouvement prend une tout autre dimension. Suite à son annonce, les cours de Facebook et Twitter ont perdu respectivement 6 et 7%.

Unilever tient sa décision en suspens pour l’après 2020: ‘Nous avons fait des progrès substantiels et nous reconnaissons les efforts de nos partenaires, mais il reste beaucoup à faire, en particulier dans les domaines de la division et du discours de haine pendant cette période électorale polarisée aux États-Unis.’

Les marques qui ont pris part au mouvement demandent que les plateformes en fassent davantage pour contrôler les discours de haine et la désinformation qui y circulent. Elles demandent aussi que ceux qui sont victimes de discriminations quant à leur origine ou leur religion sur les réseaux sociaux disposent d’outils plus performants pour faire cesser ces nuisances.

En 2020, Unilever a dépensé pour 11,8 millions de dollars rien qu’aux États-Unis. Facebook, qui a généré 69,7 milliards de dollars de publicité dans le monde l’année dernière, doit suer quelques gouttes devant un mouvement qui pourrait prendre de l’ampleur.

Coca-Cola suit le mouvement

Ce samedi, on apprend que le géant des boissons gazeuses allait lui aussi suspendre ses publicités. Une suspension plus courte de 30 jours, le temps de faire le point sur ses stratégies publicitaires.

Coca-Cola suit le mouvement sans toutefois s’en revendiquer. La pression est énorme sur les réseaux sociaux à quelques mois de l’élection présidentielle américaine.

Source: Wall Street Journal


Pour aller plus loin...


Logo Business AM

Business AM | La citation du jour