Un nouveau variant préoccupant du coronavirus observé en Afrique du Sud

Le variant dit C.1.2. du coronavirus a été identifié pour la première fois en mai dans les provinces sud-africaines de Mpumalanga et Gauteng. Johannesburg et la capitale Pretoria y sont situées. Depuis lors, le virus a été découvert dans sept autres pays d’Afrique, d’Océanie, d’Asie et d’Europe.

Les mutations du virus sont associées à une transmissibilité accrue. On pense également qu’ils sont plus à même d’échapper aux anticorps. Les scientifiques rapportent dans leur étude qu' »il est important de le souligner étant donné l’état actuel des mutations. »

Les mutations ont conduit à des vagues successives du coronavirus. C’est ce qui s’est passé avec le variant Delta, découvert pour la première fois en Inde. Le Delta fait actuellement augmenter les taux d’infection dans le monde. Les mutations sont d’abord classées par l’Organisation mondiale de la santé comme « variants d’intérêt ». Lorsqu’ils s’avèrent plus graves ou transmissibles, ils sont appelés « variants préoccupants ».

Le C.1.2 a évolué à partir du virus C.1. Il s’agit d’une lignée de coronavirus qui était la plus courante lors de la première vague en Afrique du Sud au milieu de l’année 2020.

Observation ne veut pas dire origine

La recherche a été publiée par des centres de recherche sud-africains. Entre autres, la KwaZulu-Natal Research Innovation and Sequencing Platform, connue sous le nom de Krisp, et l’Institut national des maladies transmissibles ont participé à l’étude.

Rappelons que ces mêmes scientifiques sud-africains ont également découvert le variant Beta en 2020. Toutefois, les scientifiques soulignent que si de nouveaux variants sont d’abord identifiés en Afrique du Sud, cela ne signifie pas qu’ils en sont originaires.

Pour aller plus loin :

Plus
Lire plus...
Marchés