“L’UE joue un jeu sadique avec la Grèce”

Les ministres des Finances de la zone euro ont décidé de libérer seulement une partie de la prochaine tranche de prêt pour la Grèce. Athènes recevra  1,1 milliard d’euros, tandis que les 1,7 milliards restants seront payés à la fin octobre. Pour le journal Dimokratia, cette manière de libérer les tranches de prêt au compte-gouttes relève d’un jeu sadique, dont la Grèce est la victime :« Beaucoup voient cela comme une comédie, mais pour notre pays c’est une tragédie perpétuelle. Les Allemands nous donnent de l’argent par petites quantités et ne se gênent pas pour se saisir de tout ce qu’ils peuvent obtenir, ou qui leur est offert. Diviser les tranches de paiement et imposer de nouvelles conditions pour les prêts à venir alors même que ce qui avait été convenu a été mis en place aide les Allemands à conserver le contrôle – ce qu’ils adorent – c’est une sorte de fétiche pour eux. Personne dans l’équipe de Merkel, en particulier Schäuble, ne veut voir les reprendre le dessus, car quand une victime a constamment peur d’être étouffée, l’agresseur ne craint plus qu’elle lui oppose de la résistance ».

Peu de choses ont changé en Grèce depuis 2010

Le site économique grec Capital n’est guère optimiste pour son pays :« Presque sept ans après la déclaration d’insolvabilité d’Athènes en 2010, rien n’a changé, et la Grèce est toujours au bord du gouffre. Depuis que Tsipras a cédé à la politique d’austérité à l’été 2015, le gouvernement grec tente de nous décrire un retour sur les marchés financiers comme la prochaine cible.Donc, en 2017 ou en 2018, grosso modo, le pays pourrait renouer avec son niveau de 2014. Tout cela indique que la menace d’un effondrement de l’économie grecque et le choc associé pour la société grecque sont à nouveau imminents. […]Les 12 prochains mois seront particulièrement sensibles, non seulement pour l’avenir du pays à l’intérieur ou à l’extérieur de la zone euro, mais aussi et surtout au regard du sort de la zone euro et l’UE elles-mêmes.Les développements dans la région indiquent également que les prochaines années seront vitales pour l’intégrité territoriale du pays. »