Tweeter ou ne pas tweeter ? Telle est la question

La communauté Twitter s’agite maintenant qu’Elon Musk est officiellement le patron de la plateforme. De nombreux utilisateurs de Twitter étudient les possibilités de passer à une plateforme similaire. L’allemand mastodon.social est très en vue à cet égard. Twitter est-il devenu un navire en perdition et cette aversion pour Musk est-elle justifiée ?

Musk et modération

Tout le monde ne partage pas le même enthousiasme pour la personne de Musk. Par exemple, sa déclaration selon laquelle « l’oiseau Twitter est enfin libre » n’a pas eu l’air de plaire à beaucoup de monde, car on craint que Donald Trump ne revienne désormais sur le réseau social. Musk n’aurait aucun problème avec cela, il l’a proclamé à plusieurs reprises. Trump lui-même, cependant, n’y a pas prêté oreille pour l’instant. Après tout, il a sa propre plateforme, déficitaire, Truth Social. Par extension, beaucoup sur Twitter craignent que toutes sortes de théoriciens du complot d’extrême droite aient désormais le champ libre. Après tout, Musk ne veut rien savoir sur la modération active des tweets.

Je n’attends pas le retour de Trump sur Twitter. Je l’ai suivi ; après tout, il était le président des États-Unis et, en tant que journaliste, vous voulez savoir ce qu’il fait, dit et pense. Il y a d’autres personnes avec lesquelles je suis en désaccord total sur le principe. Thierry Baudet, par exemple. Je n’approuve aucun de ses tweets, mais je veux savoir de quoi il parle pour le garder à l’oeil. Parfois je réponds à ses tweets quand ça devient vraiment trop pour moi. Le résultat : des dizaines de réactions de personnes qui sont pro-Baudet, et elles ne sont pas toujours des plus amicales. Comme j’ai vite appris qu’il est inutile d’entamer une discussion avec eux dans neuf cas sur dix, je les laisse s’emporter et ne réponds plus. Baudet lui-même ne répond jamais. Et c’est toujours comme ça que ça se passe.

Au fil des ans, des personnes ont commencé à me suivre sur Twitter sans que je comprenne leur motivation, lorsque je compare leurs tweets aux miens. Ils sont contre tout, pour eux il n’y a rien de bien dans le monde. Et bien sûr, la prétendue conspiration du Forum économique mondial revient régulièrement. Normalement, je réponds toujours, et je continue tant que la personne ne devient pas trop incohérente. Twitter est un bon indicateur de l’état d’esprit de la société. Et celui-ci n’est guère positif aux Pays-Bas et en Belgique depuis des années, pour employer un euphémisme.

Ce que je veux dire, c’est que même avant que Musk ne prenne le contrôle de Twitter, celui-ci regorgeait de personnes et d’opinions que vous préféreriez ne pas lire ou voir. Des chercheurs américains et italiens ont récemment montré que les opinions et les mentalités conservatrices prédominent de toute façon sur Twitter. Si vous voulez adopter une attitude positive face aux problèmes mondiaux tels que le changement climatique, vous ne devriez pas être là.

Mastodon.social

De nombreux utilisateurs de Twitter, qui craignent que la situation ne s’aggrave sous la direction de Musk, passent à mastodon.social. Ou, pour être un peu plus prudent, je dirais qu’ils explorent cette possibilité, mais qu’ils n’ont pas encore rayé définitivement leur compte Twitter. C’est quoi ce mastodon.social ? Il s’agit d’un réseau à source ouverte que tout le monde peut rejoindre gratuitement. Les serveurs se trouvent en Allemagne et c’est donc à la législation allemande que vous devez vous conformer si vous y êtes actif. Ces règles allemandes sont strictes, et la violence et le racisme sont surveillés de près. Idéal, donc, pour une plate-forme décente où les gens conversent gentiment et se respectent mutuellement.

Comment cela est-il contrôlé ? Ce réseau ne repose pas sur un modèle économique et la modération est assurée par des bénévoles. Si la moitié de Twitter devient soudainement active sur Mastodon, je pense que ce n’est qu’une question de temps avant que des personnages moins recommandables ne s’y signalent également. En tant que modérateur non rémunéré, essayez de garder tout cela sous contrôle. Le week-end dernier, les serveurs étaient déjà temporairement incapables de gérer l’afflux de twittos. Enfin, je vois dans les tweets que la technologie derrière Mastodon n’est pas vraiment simple à prendre en main. Mais pour autant que je puisse en juger, les gens y postent effectivement des messages soignés.

Twitter, première source d’information

Depuis mon inscription le 31 décembre 2010, Twitter est devenu ma principale source d’informations et d’actualités. Les médias traditionnels sont loin d’être toujours rapides dans la mise à jour des actualités. En outre, ils ne peuvent pas interpréter tous les aspects des choses en même temps. Dans ma timeline, je suis de nombreux journalistes et médias d’information. Avec un flot continu de tweets provenant de différents coins et recoins du monde, je me nourris constamment de nouvelles en ligne. Pas seulement l’actualité suprême du moment, mais aussi les contextes plus profonds.

Prenons l’exemple de la guerre en Ukraine. Je suis les journalistes néerlandais qui connaissent bien la Russie et savent interpréter en russe ce qui s’y dit et s’y écrit. En outre, je suis des journalistes d’Ukraine et de Biélorussie qui tweetent en anglais sur la situation dans leur pays respectif. La dirigeante de l’opposition biélorusse Svetlana Tichanovskaya occupe une place de choix dans ma timeline. Je garde donc un œil sur ce qu’elle tente de réaliser depuis son exil en Europe. Grâce à tous ces tweets provenant de différentes sources, je me fais une image quotidienne solide de la situation en Ukraine, en Russie et en Biélorussie et de la direction qu’elle semble prendre.

Un autre exemple : lorsque j’en ai la possibilité, ce qui n’arrive que lorsque je suis dans une chambre d’hôtel, je regarde invariablement BBC World News tous les jours. Mon journaliste préféré de la chaîne est Ros Atkins. Il sait éclairer et expliquer un sujet d’actualité sous tous les angles en quatre à huit minutes maximum. Chez moi, à Anvers, je ne peux pas le regarder à la télévision. Heureusement, il paratge régulièrement les vidéos sur Twitter.

L’avenir de Twitter

Pour l’instant, ce que Musk a l’intention de faire avec Twitter n’est pas tout à fait clair. Licencier de nombreux employés, maximiser la liberté d’expression, en faire une sorte d’application géante. C’est un méli-mélo qu’il lâche sur le monde. Musk, cependant, n’a pas une liberté illimitée de faire ce qu’il veut. Il devra garder un œil sur la situation des affaires. Avec un investissement de 44 milliards de dollars, il voudra sûrement gagner quelque chose à long terme. Il ne faut pas effrayer les investisseurs (potentiels) avec des mesures et des déclarations trop rigoureuses qui font que les utilisateurs abandonnent Twitter en masse. En outre, il doit faire face à des blocs de pouvoir économique qui suivent leurs propres règles lorsqu’il s’agit d’activités en ligne sur les médias sociaux. Le commissaire au marché intérieur Thierry Breton, par exemple, a déjà tweeté que « l’oiseau Twitter volera dans l’UE selon les règles de l’UE. »

Qui sait, Musk pourrait être si brillant qu’il parviendrait à faire de Twitter une entreprise rentable dont tout le monde voudrait faire partie. Ou bien Twitter sombrera dans le chaos d’Elon Musk. Qui le dira ? Je ne pars pas du principe que dans 13 ans, je fêterai mes 25 ans sur Twitter. Tant que Twitter continuera à m’offrir quelque chose que je peux utiliser, et pour l’instant tous les journalistes et médias d’information que je suis semblent continuer à tweeter comme avant, je ne partirai pas.


L’auteur Johan Peters est un journaliste indépendant.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20