Trump pris à son propre jeu: sa théorie du complot a un effet boomerang sur les républicains

Sidney Powell, l’avocate du président Donald Trump, a donné une conférence de presse le 19 novembre sur les poursuites engagées pour contester le résultat de l’élection présidentielle. L’avocat personnel de Trump, Rudolph Giuliani, était également présent. Lors de cette conférence de presse, il a mis en place une théorie de la conspiration qui revient maintenant comme un boomerang face aux républicains.

Donald Trump n’a jamais été avare d’histoires farfelues mais aujourd’hui, lui et son parti craignent qu’une conspiration ne lui coûte la majorité républicaine au Sénat. Pourtant, ces bruits de couloirs ont été lancés par l’un des avocats de Donald Trump.

‘Celui qui manie l’épée périra par l’épée’, dit la célèbre citation. Trump s’est lancé sur la scène politique en se montrant favorable à une théorie du complot, le birtherisme, un mouvement qui réfute entre autres la citoyenneté américaine de Barack Obama – un critère obligatoire pour participer aux élections.

‘Les ordinateurs de l’élection ont été piratés’

À présent, alors qu’il peine à accepter sa défaite, Trump craint qu’une conspiration ne finisse par lui nuire, tant à lui qu’à son parti. Ses avocats, Sidney Powell et Lin Wood, ont déclaré que les votes républicains pour l’élection spéciale du Sénat, en Géorgie et fixée au 5 janvier, seraient vains, puisque l’élection est d’ores et déjà truquée. Les ordinateurs de l’élection, qui recensent les votes, auraient été piratés suite à une collaboration entre le Parti communiste chinois et l’ancien leader vénézuélien Hugo Chavez (mort depuis treize ans). Cette collaboration aurait contribué à transformer les votes républicains en votes pour les démocrates. 

Sidney Powell et Lin Wood ont lancé cette théorie bizarre (et infondée) il y a deux semaines, alors qu’ils sont tous les deux des membres de l’équipe juridique Trump. Comme Trump, ils ont contesté l’élection et ils ont affirmé que les votes avaient été truqués. Ils ont néanmoins été davantage dans les détails.

L’élection du Sénat : un enjeu vital

Ils ont jeté l’enfant avec l’eau du bain : pour saper la crédibilité de l’élection présidentielle, ils ont affirmé que la prochaine élection pour le Sénat était illégitime. Il s’agit pourtant d’un vote crucial pour les républicains. S’ils ne remportent pas les votes, ils pourraient perdre leur majorité au Sénat. Les démocrates seraient alors en majorité, étant à la fois à la présidence, à la Chambre des représentants (l’autre chambre du parlement américain) et au Sénat. Autrement dit un pouvoir presque absolu.

‘Il n’y a pas de plus grande force destructrice dans la politique américaine – sans parler du Parti républicain ou du Trumpisme – que Sidney Powell devant une caméra de télévision’, a déclaré un membre républicain haut placé du gouvernement à l’agence de presse Axios. ‘Si  l’élection donne aux démocrates le contrôle total du gouvernement, l’avocate aura fait plus pour la gauche que n’importe quel démocrate en Amérique’, poursuit-il.

L’équipe de campagne de Trump et la direction du parti républicain font maintenant tout ce qu’ils peuvent pour sauver les meubles. Ils ont lancé une campagne pour convaincre les partisans de se rendre aux urnes le 5 janvier. Samedi prochain, Trump organisera aussi un grand rassemblement en Géorgie pour soutenir les deux candidats républicains.