« The Trump. Nothing but the Trump. » Le Parti républicain a pardonné et oublié le 6 janvier: il tend à nouveau les bras à Trump

Le rassemblement politique qui s’est tenu samedi dans l’État américain de l’Iowa a fourni à Donald Trump « la preuve la plus claire à ce jour » que le Parti républicain souhaite qu’il se présente à nouveau en 2024. L’ancien président – ​​rejoint par « un who’s who de républicains influents » de l’État – semble avoir dissipé toutes les objections que le Grand Old Party (GOP) avait contre lui.

Pourtant, il y a un énorme fossé entre le message du Parti républicain et celui de l’ancien président.

Le message du GOP peut être interprété comme suit: « Après seulement neuf mois sous Biden, des criminels violents et des foules assoiffées de sang envahissent nos rues ; les étrangers illégaux et les cartels mortels de la drogue envahissent nos frontières ; l’inflation s’empare de notre économie ; la Chine reprend nos emplois ; les talibans s’emparent de l’Afghanistan ; la gauche s’empare de nos écoles ; et les socialistes radicaux s’emparent de notre pays. Nous n’allons pas laisser cela arriver. »

Mais Trump a un message complètement différent: « Je vous dis que le plus gros problème, aussi grave que puisse être la situation à la frontière, le plus gros problème – le problème qui attire le plus d’attention et de sympathie, est la fraude électorale de l’élection présidentielle de 2020 ».

C’est un problème pour les républicains, car en insistant sur cette fraude électorale non prouvée, Trump veut transformer les élections de 2022 en un référendum sur lui, plutôt qu’en un référendum sur « la présidence de Joe Biden ».

Plutôt qu’un obstacle, Trump semble redevenir une nécessité

L’establishment républicain semble avoir pleinement réembarqué dans le navire. Des élus de haut rang, qui avaient pris leurs distances avec Trump après les événements du 6 janvier, se battent désormais pour recevoir son soutien et son approbation.

L’agenouillement du sénateur Chuck Grassley, 88 ans, est même embarrassant. Le 6 janvier, il avait été escorté du Capitole par les forces de sécurité pour le protéger de la foule pro-Trump. Mais tout cela semble pardonné et oublié. Samedi, un Grassley rayonnant a accepté le « soutien complet et total de Trump pour sa réélection en novembre prochain ». « Si je n’acceptais pas le soutien d’une personne qui a 91% des électeurs républicains de l’Iowa, je ne serais pas très intelligent », a-t-il déclaré. Plutôt qu’un obstacle, Trump semble être redevenu une nécessité.

Des milliers de personnes ont assisté au rassemblement de Trump. (AP Photo/Thomas Beaumont)

Pour Trump, tout cela est une aubaine. L’ex-président a déjà évoqué ouvertement la possibilité d’une nouvelle candidature. Qu’il ait été accueilli à bras ouverts dans l’Iowa – l’État où se tient le premier caucus de la plus haute importance – est plein de symbolisme. Cela semble confirmer la proposition selon laquelle les électeurs du GOP resteront les siens. Un sondage du journal Des Moines Register montre que 53% des résidents de l’Iowa ont une opinion favorable de Trump, tandis que 45% ont une opinion défavorable. Pendant sa présidence, Trump n’avait jamais fait mieux.

Critique sans retenue contre les dirigeants du parti

Le fait que Trump ait pu continuer à critiquer les dirigeants du Parti républicain sans entrave lors de sa prestation en dit aussi long. L’ex-président américain a agressé verbalement Mitch McConnell à plusieurs reprises samedi. C’est le chef de la minorité républicaine au Sénat. Trump l’accuse d’avoir passé un accord avec les démocrates pour relever le plafond de la dette. Et c’est sans parler du fait que McConnell n’a pas eu le « courage de contester l’élection ».

Trump s’est encore montré conquérant samedi. Et il ne montre clairement aucune once de remords sur la fin de sa présidence.

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20