Pourquoi Trump sera réélu en 2024

Dans l’État américain de l’Arizona, un cabinet d’audit payé par des alliés de l’ancien président Trump a annoncé les résultats d’un recomptage des voix dans le comté de Maricopa. L’audit a examiné les 2,1 millions de bulletins de vote déposés en novembre dernier dans la ville de Phoenix et ses environs et a dû prouver que ce n’est pas Biden, mais Trump qui a remporté l’élection présidentielle.

Trump et ses associés ont engagé Cyber Ninja’s pour ce travail, une entreprise qui n’avait aucune expérience pertinente dans ce domaine. Doug Logan, le PDG de la société, promeut des théories de conspiration sur la fraude électorale et collecte ainsi des tonnes d’argent auprès de groupes diffusant des mensonges similaires.

La méthode utilisée pour vérifier les votes était aussi bizarre qu’hilarante : les bulletins de vote étaient contrôlés pour vérifier la présence de fibres de bambou, qui étaient censées apporter la preuve de l’ingérence de la Chine dans le scrutin. Rien de tout cela n’a pu être démontré, car lors de l’audit, la différence entre Biden et Trump (environ 44 000 voix) était encore plus importante que ce que les autorités officielles avaient d’abord indiqué.

Une farce qui n’en est pas une

Après plusieurs délais non respectés, l’audit médico-légal du comté de Maricopa a présenté vendredi son rapport aux membres du Sénat de l’Arizona. Il semble que la farce soit maintenant terminée, mais les Cyber Ninja’s n’admettront pas que tout cela n’a servi à rien. Le rapport minimise le dépouillement des bulletins de vote et les résultats des élections et concentre l’attention sur les problèmes qui soulèvent des questions sur le processus électoral et l’intégrité des électeurs.

Ceux qui pensent que le mouvement « Stop the Steal » est maintenant au tapis se trompent. L’audit n’a jamais eu pour but de faire ressortir la vérité et il est donc un succès. Trump et ses alliés veulent user et abuser des quatre années de la présidence de Biden pour faire des insinuations sur la fraude électorale la norme, plutôt que l’exception.

Trump 2024

Que Trump soit le candidat républicain à la présidence en 2024 ne fait guère de doute, sauf problème de santé. Son avance dans les sondages sur les autres candidats républicains est énorme et il dispose de ressources financières plus que suffisantes. Sa popularité auprès des Américains ordinaires reste également incontestée. Des millions d’Américains voient en lui la réponse à leurs préoccupations et à leurs ressentiments. Trump reste également le seigneur et maître du parti républicain. La critique de ses actions n’a pas été faite. Ceux qui le font paieront un lourd tribut. Demandez à Liz Cheney.

« Si Trump ne gagne pas, tout est truqué »

La tactique consistant à gagner la primaire en 2024 ne vise plus qu’à poser les bases d’une contestation des futurs résultats électoraux qui ne tourneraient pas en faveur de Trump. Entre-temps, 16 États républicains ont déjà renforcé les règles électorales ou ont des demandes en cours pour le faire.

Le fait que cette tactique soit payante est apparu clairement la semaine dernière lorsque la Californie a dû se prononcer sur la destitution du gouverneur Gavin Newsom. Bien à l’avance, Trump et cie ont fait savoir que « personne ne doute que le scrutin ait été truqué ». Newsom a gagné le référendum par une large marge.

Pendant ce temps, les sondages montrent que 36% des Américains pensent que le président Joe Biden a volé sa victoire. C’est déjà 6 % de plus qu’en avril. Ce pourcentage et non le résultat dans le comté de Maricopa compte pour Trump et son entourage.

Pou aller plus loin :

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20