Il existe un sport dans lequel les femmes gagnent plus que les hommes

Dans le monde du sport, les discriminations en matière de salaires des athlètes sont souvent criantes entre les sexes. Cependant, les sports d’hiver font figure d’exception, et se montrent plus égalitaires.

La Canadienne Spencer O’Brien, l’une des meilleurs surfeuses du monde, avait hésité entre le snowboard et le football lorsqu’elle était jeune. Elle explique que la perspective d’une meilleure rémunération offerte par le sport d’hiver avait contribué à lui faire choisir ce sport : « Il y avait d’autres raisons qui m’ont fait choisir le snowboard, mais la culture d’égalité en matière de salaires dans le snowboard a compté. »

 Les sports d’hiver bien plus égalitaires en matière de salaires

Elle n’a jamais regretté son choix. En 2015, elle est devenue la première athlète féminine à accomplir un 900 arrière ( un saut arrière avec une rotation de deux tours et demi) lors d’une épreuve de snowboard durant la compétition des X Games. Elle a aussi remporté un certain nombre de médailles, y compris la médaille d’or aux X Games de 2016. Et dans la grande majorité des cas, elle a gagné autant d’argent que les champions masculins de même rang qu’elle, ce qui n’aurait jamais été le cas dans le football.

Une enquête de la BBC de 2017 a montré que 7 sports d’hiver sur 8 offraient la même récompense pour les athlètes  des deux sexes, soit 88 %, alors que dans les autres disciplines, le ratio ne dépasse pas 77 %.

En outre, la moitié des skieurs alpins les mieux payés, y compris parmis ceux qui remportent le plus de compétitions, sont des femmes. Par contraste, dans le basketball, le salaire moyen d’une joueuse est de 78 000 dollars au Etats-Unis, contre 7,8 millions de dollars pour ses homologues masculins.

Un lobbying décisif

L’ancienne championne de ski américaine Lindsay Vonn, qui a été 4 fois médaillée aux Jeux Olympiques, a récemment expliqué qu’il était difficile de vivre de ses revenus pour la plupart des skieurs professionnels : « Ce n’est que lorsque l’on est l’un des cinq ou dix meilleurs skieurs du monde que l’on peut se passer d’un second emploi », a-t-elle dit.

Lors des plus grandes compétitions de sports d’hiver nord-américaines, les hommes et les femmes sont payées de manière équivalente, et cela s’applique pour les athlètes qui montent sur le podium, comme ceux qui se retrouvent en fin de classement. Et cette égalité ne date pas d’hier, puisqu’on l’observe depuis 2009.

Cette situation ne s’est pas imposée naturellement, et est largement imputable à des actions de lobbying. En particulier, l’Action Sports Alliance, un groupe de femmes travaillant pour l’égalité des sexes dans le sport qui s’est montré très actif, est à l’origine de l’égalité des récompenses entre hommes et femmes dans les compétitions des X Games. « Les femmes se montrent aussi acharnées que les hommes. Les athlètes féminines s’entraînent et travaillent aussi dur que nous le faisons pour devenir de meilleures snowboarders », commente le champion de slopestyle, Kyle Mac.

Des discriminations persistent

Néanmoins, ce sont surtout les grands événements qui s’efforcent de pratiquer l’égalité des sexes. Lors des compétitions moins importantes, on constate encore des différences de salaire substantielles.  Mais avec l’augmentation du nombre de snowboardeuses, ces organisations se sentiront probablement obligées de changer cet état de choses.

Néanmoins, d’autres discriminations perdurent, y compris dans ces disciplines. A la Fédération internationale de ski, dont le snowboard relève, on ne compte qu’une seule femme à un poste de direction important. De même, la totalité des douze membres du conseil d’administration de la fédération sont des hommes.