Siemens demande à la ‘Greta Thunberg allemande’ de siéger dans un conseil de surveillance

Luisa Neubauer. ISOPIX

La militante climatique allemande Luisa Neubauer pourrait siéger au conseil de surveillance de Siemens Energy, qui lui a fait la demande. Cette division du conglomérat allemand n’a pas encore été mise en place.

Siemens prévoit de scinder sa division énergie ce printemps et de la mettre en bourse dès septembre. La division ‘Gaz et électricité’ souffre depuis quelque temps déjà de la crise du marché de l’électricité. Le chiffre d’affaires est de 12,4 milliards d’euros, mais ne peut afficher qu’une marge bénéficiaire de 3%. Siemens veut augmenter ses profits avec le dégroupage.

C’est dans cette division séparée que Luisa Neubauer pourra donner de la voix. Le cadre supérieur de Siemens, Joe Kaeser, lui a offert vendredi une place au sein de l »Aufsichtsrat’. Il s’agit du conseil de surveillance, qui comprend des représentants des actionnaires et des salariés.

Résoudre le conflit entre les générations

‘Je veux que les jeunes participent activement. Le conflit entre les générations doit être résolu’, déclare le dirigeant. Luisa Neubauer, le visage des défenseurs du climat en Allemagne, s’est montré surprise. Cette jeune femme de 23 ans est parfois appelée la ‘Greta Thunberg allemande’ et travaille régulièrement avec sa collègue suédoise, par exemple lors de la COP25 à Madrid. Kaeser a eu un entretien avec Neubauer vendredi et a promis de prendre une décision lundi.

Des attaques contre Siemens

Pendant ce temps, les militants climatiques allemands attaquent Siemens pour avoir fourni des signaux ferroviaires à la société Adani Power, qui exploite une mine de charbon en Australie. En raison des incendies dans le pays, l’industrie du charbon est de plus en plus remise en question. Ils font également pression sur Siemens pour qu’elle cesse de fournir Adani Power.