Scandale en Italie: 5 parlementaires impliqués dans un détournement de fonds d’aide coronavirus

Luigi Di Maio, le ministre italien des Affaires étrangères. EPA-EFE/CLAUDIO PERI

Un nouveau scandale éclabousse les parlementaires italiens. Selon le quotidien italien Repubblica, 5 députés auraient détourné un fonds d’aide destiné aux indépendants, les travailleurs les plus touchés pendant la crise.  

Voilà une révélation qui a suscité l’indignation totale en Italie. Les dirigeants de tous les partis réclament que l’identité des parlementaires, protégée par une loi sur la vie privée, soit rendue publique et que ces derniers démissionnent. ‘Honte et démission’ sont en effet les deux mots les plus fréquemment repris dans la presse italienne.

Trois des députés concernés seraient issus des rangs de la Ligue, les deux autres appartenant au M5S et au nouveau parti de Matteo Renzi, Italia Viva.

Durant la pandémie, le gouvernement italien aurait alloué aux députés une indemnité de 600 euros pour le mois de mars et une aide de 1.000 euros en mai, selon son plan d’indemnisation mis en place suite au coronavirus. Un scandale qui choque les Italiens, alors que le pays est ravagé économiquement et que le salaire d’un parlementaire italien avoisine les 13.000 euros.

‘Ils ont sali le nom de l’Italie’

Luigi Di Maio, le ministre des Affaires étrangères et ancien dirigeant du M5S a déclaré que les 5 députés devaient se dénoncer et présenter des excuses publiques. ‘Les Italiens ont le droit de savoir qui a trahi leur confiance’, a-t-il écrit sur Facebook. ‘Ces personnes n’ont plus le droit d’occuper une fonction publique. Elles ont profité du pays pendant la période la plus difficile que l’Italie n’ait jamais connu. Ils ont sali le nom de l’Italie dans le monde entier. Ils ne peuvent et ne doivent pas s’en tirer comme ça’.

De son côté, Roberto Fico, membre du M5S et porte-parole de la Chambre basse, a appelé les députés à restituer l’argent à l’État. ‘En tant que représentants du peuple, nous avons des obligations morales aussi bien que légales’, a-t-il ajouté.

Le scandale a été découvert par l’unité anti-fraude de l’Istituto nazionale della previdenza sociale (INPS). L’aide perçue était destinée à soutenir tous les indépendants au sens large. Les députés ont pu bénéficier de cette prime car ils ont, eux aussi, un numéro de TVA, alors que cette aide ne leur était pas destinée.