Les plus sanguinaires, ce ne sont pas les rois, mais les reines

Des rois ou des reines, qui sont les plus belliqueux ? Contrairement à ce qu’on pourrait penser, dans l’histoire de l’Europe, la réponse est les reines, et plus particulièrement les reines mariées.

Des rois ou des reines, qui sont les plus belliqueux ? Contrairement à ce qu’on pourrait penser, dans l’histoire de l’Europe, la réponse est les reines, et plus particulièrement les reines mariées.

Ce constat, c’est le résultat d’une nouvelle étude de Oeindrila Dube de l’université de Chicago et S. P. Harish de l’université McGill. Aux cours de leurs travaux, ils se sont penchés sur la période 1480 – 1913 en Europe et ont calculé que les reines au pouvoir avaient 27 % de chances de plus d’être en guerre que les rois.Certes, les hommes avaient plus tendance à les attaquer, les considérant comme des cibles faciles.Mais la supposée faiblesse des souveraines n’est pas la seule raison. Celles qui étaient mariées étaient plus agressives que les rois ou leurs consœurs célibataires, et les auteurs avancent deux raisons principales :

  • Tout d’abord, les reines mariées pouvaient plus facilement former des alliances militaires. En effet, leurs époux avaient souvent servis dans l’armée, et étaient donc bien placés pour consolider les liens militaires avec leurs pays d’origine.
  • De plus, contrairement à la plupart des rois, les reines confiaient souvent à leurs époux des responsabilités importantes, et cette division efficace des tâches aurait permis à ces souveraines de poursuivre des politiques plus agressives.

Dans les démocraties du XXème siècle aussi, les dirigeants femmes ont participé à leur part de guerre : Indira Gandhi et le Pakistan, Golda Meir et la guerre du Kippour, Margaret Thatcher et les Malouines…Un monde avec plus de femmes au pouvoir serait plus égalitaire, mais serait-il plus pacifique ? C’est une autre question…