Quel rendement obtenez-vous si vous investissez 10.000 euros dans un fonds commun de placement ?

Un fonds d’investissement est le produit idéal pour ceux qui ne veulent pas investir activement dans des actions par exemple. Le rendement d’un tel fonds est généralement beaucoup plus élevé que celui d’un compte d’épargne. Le rendement que vous réalisez dépend du type de fonds, selon une étude de la fédération de fonds Efama, rapportée par De Tijd.

Pourquoi est-ce important ?

Les investissements ont le vent en poupe. Pourtant, tout le monde n'a pas envie de constituer son propre portefeuille d'actions, par exemple. Un fonds d'investissement peut apporter un certain soulagement dans ce cas. Grâce à un tel fonds, vous investissez dans plusieurs titres, allant des actions aux obligations. En principe, vous répartissez vos investissements sans avoir à constituer vous-même un portefeuille. Un gestionnaire de fonds se charge de la gestion de votre capital d'investissement. Avant que vous puissiez investir dans un fonds de placement, un conseiller déterminera votre profil de risque. Les institutions financières sont obligées de le faire. Sur base de votre profil, le conseiller vous proposera quelques produits d'investissement adaptés.

Les fonds de placement sont souvent recommandés par les banques comme une bonne alternative au compte d’épargne. Après tout, les rendements potentiels sont plus élevés qu’avec un compte d’épargne traditionnel. Avec la majorité des livrets d’épargne, vous devez vous contenter d’un rendement de 0,11%. Dans certains cas, vous ne recevez même pas d’intérêts.

Jusqu’à plus du double de votre dépôt

Un calcul de la fédération européenne des fonds d’investissement Efama montre que les rendements d’un fonds d’investissement peuvent être considérablement plus élevés. Pour cet exercice, l’Efema a examiné les rendements nets moyens, après coûts et inflation, des fonds OPCVM (organismes de placement collectif en valeurs mobilières) européens sur les dix années entre 2010 et 2019. Les fonds OPCVM sont des fonds de placement conformes à la directive européenne sur les OPCVM et peuvent être proposés dans plusieurs pays. Cela représente plus de 40 000 fonds au total.

Efama a fait une distinction entre les fonds d’actions, d’obligations et mixtes. Un investisseur ayant placé 10.000 euros dans un fonds d’actions moyen au début de l’année 2010 disposait d’un capital de 21.600 euros à la fin de 2019, soit plus du double. Pour les fonds mixtes, la moyenne était de 13.400 euros, et pour les fonds obligataires de 12 600 euros.

Les frais de fonctionnement diminuent

En outre, l’étude de l’Efama montre que les coûts permanents, tels que les coûts de gestion et d’administration, ont systématiquement diminué au cours des cinq dernières années. Les frais courants moyens pour un fonds d’investissement lancé en 2016 s’élèvent à 0,92 % par an. Ce coût est passé à une moyenne de 0,81 % pour un fonds lancé en 2020. Les frais courants moyens pour tous les fonds à la fin de 2020 étaient de 1,39 % par an. Les frais courants ne tiennent pas compte des frais d’entrée et de sortie.

Le coût d’un fonds d’actions a baissé de 19 % entre 2017 et 2020. Ceux des fonds obligataires de 7 pour cent et ceux des fonds mixtes de 3 pour cent. Selon la fédération, la baisse des coûts est en partie due à la directive européenne MiFID II. Celle-ci exige que les institutions financières soient transparentes quant à leurs coûts.

En outre, il y a aussi la concurrence des ETFs. Il s’agit de trackers qui suivent un certain panier ou indice. Par exemple, vous pouvez investir dans la Bel20 via un ETF. Ces fonds ne sont pas gérés activement, ce qui rend les coûts beaucoup plus bas. Le gestionnaire du fonds n’essaie pas de battre l’indice. C’est généralement le cas avec un fonds d’investissement géré activement.

Pour aller plus loin :

Plus
Lire plus...
Marchés