Que se passe-t-il en Corée du Nord ? Des images satellites montrent une activité inhabituelle sur son site d’essais nucléaires, normalement à l’arrêt

Théoriquement au point mort depuis quatre ans, le seul site d’essais nucléaires de la Corée du Nord semble reprendre de l’allant. C’est en tout cas ce que montre l’analyse d’images satellites commerciales. Les experts s’interrogent.

En 2018, la Corée du Nord a annoncé qu’elle fermait son site d’essais nucléaires de Punggye-ri. Le seul qu’on lui connaisse. Entre 2006 et 2017, ce site souterrain avait été le théâtre de six essais d’armes nucléaires. Le dernier – le plus grand important – avait semblé déclencher une instabilité géologique, qui a depuis provoqué plusieurs petits tremblements de terre. C’est ce qui aurait conduit Pyongyang à fermer ses tunnels.

En 2019, Kim Jong-un avait toutefois indiqué les pourparlers de dénucléarisation étant au point mort, il ne se sentait plus lié par ce moratoire auto-imposé sur les essais d’armes nucléaires. Depuis, des analystes et des responsables du renseignement américain mettent en garde sur le fait que le site pourrait probablement être utilisé à nouveau.

Et ce moment semble venu.

Travaux de réparation et de construction

Dans un rapport, des spécialistes du Centre James Martin pour les études sur la non-prolifération (CNS) indiquent avoir repéré sur des images satellites commerciales des travaux de construction et de réparation à Punggye-ri. Chose qui n’avait pas été vue là-bas depuis 2018. Selon eux, cela indique « que la Corée du Nord a pris une décision concernant le statut du site d’essai ».

En outre, les observateurs internationaux ont signalé que la principale installation de réacteur nucléaire du pays, à Yongbyon, semble tourner à plein régime. La Corée du Nord pourrait potentiellement être en train d’y produire du combustible pour des armes nucléaires.

L’imagerie satellitaire de Maxar a montré trois endroits du site d’essais nucléaires de Punggye-ri où une nouvelle activité est apparue. (MAXAR)

Ces développements sont extrêmement neufs – ils datent de ces derniers -jours – et les experts ne peuvent pas encore être certains de l’interprétation à donner à ces signaux. « L’une des possibilités est que la Corée du Nord envisage de remettre le site d’essai dans un état de préparation permettant de reprendre les essais d’explosifs nucléaires », lit-on toutefois dans le rapport.

Dans un autre rapport, daté du 7 février, la Direction du renseignement national (DNI) avait déjà indiqué que Kim Jong Un restait fermement déterminé à étendre son arsenal d’armes nucléaires et à promouvoir la recherche et le développement de missiles balistiques. Cela semble donc se concrétiser.

Quel délai ?

A priori, il faudra de nombreux mois – voire des années – avant que la Corée du Nord ne soit à nouveau en mesure de relancer des essais d’armes nucléaires. Tout dépend de l’ampleur des dégâts qu’elle avait provoqués pour mettre le site à l’arrêt en 2018. Une donnée qui reste assez floue. De plus, il n’est pas exclu qu’elle reprenne ses essais nucléaires à un autre endroit.

Les États-Unis se disent ouverts à des pourparlers sans conditions préalables, mais la Corée du Nord estime que Washington et ses alliés doivent d’abord cesser leurs « politiques hostiles », souligne le Guardian.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20