Poutine a obtenu tout ce qu’il voulait de sa rencontre avec Biden

Le président russe Vladimir Poutine est arrivé à Genève mercredi avec rien à perdre, ayant depuis longtemps renoncé à chercher l’approbation de l’Occident. Et il est rentré chez lui avec à peu près tout ce qu’il voulait: un sommet qui a mis en valeur son leadership face à l’autre grande puissance nucléaire mondiale et qui a reconnu que la sécurité mondiale ne pouvait être assurée sans lui pour le moment.

Ses détracteurs estiment que la décision de Joe Biden de donner à l’autocrate russe une tribune mondiale a conféré à ce dernier la légitimité et le respect dont il a besoin, au lieu de le punir pour ses intimidations, ses coups d’estoc et ses tentatives de déstabilisations de différents régimes mondiaux. Biden a fait valoir qu’il n’y avait pas d’alternative solide aux conversations en face à face. Il a également adressé à Poutine quelques amabilités diplomatiques: il l’a qualifié de dur, d’intelligent et d’adversaire « digne de ce nom » au cours de la période précédant le sommet. Et il a également déclaré que les discussions se déroulaient entre « deux grandes puissances » lorsqu’il s’est assis avec le président russe. Ce sont toutes des choses que Vladimir Poutine peut tranquillement ramener à la maison dans ses bagages.

Le ton pragmatique du sommet de Genève contrastait avec la domination affichée par Poutine lors du sommet d’Helsinki en 2018. Lorsque le dirigeant russe était sorti vainqueur et que le président Trump avait même pris parti contre les responsables du renseignement américain sur la question de savoir si la Russie avait interféré dans l’élection de 2016. Trump avait rencontré Poutine sans fonctionnaires, seulement avec un interprète. Mais en fin de compte, les grands espoirs de Poutine en Trump n’ont guère profité à Moscou, tandis que l’approche de Biden pourrait au moins stabiliser les relations.

Que voulait obtenir Poutine de ce sommet? Le respect, pour commencer

Ces relations ont atteint au cours des derniers mois leur plus bas niveau depuis la guerre froide. Après le sommet de mercredi, Vladimir Poutine a qualifié Joe Biden de « constructif » et « pondéré », indiquant une volonté d’engager éventuellement un dialogue sur les questions liées au nucléaire, la cybersécurité et d’autres points de friction entre les deux superpuissances.

Ce changement s’est également reflété dans les médias pro-Kremlin: fini le portrait habituel du président américain comme une menace effrayante pour la stabilité mondiale. Au lieu de cela, Joe Biden a été dépeint comme le leader d’une grande puissance rencontrant un autre leader d’une grande puissance.

Que voulait obtenir Poutine de ce sommet? Le respect, pour commencer. L’image que Vladimir Poutine se fait de lui-même – en tant que leader mondial qui positionne la Russie comme la clé de la sécurité mondiale – est au cœur de son sentiment d’importance et de la façon dont il envisage son héritage. « Notre conversation en tête-à-tête a duré près de deux heures. Ce ne sont pas tous les dirigeants du monde qui reçoivent autant d’attention », a déclaré Poutine lors d’une conférence de presse après le sommet.

Un dialogue a été entamé, mais pas plus que cela non plus

Le sommet a en tout cas permis de sortir d’une impasse dans les relations et de lancer un dialogue sur la sécurité des armes stratégiques et la cybersécurité. Dans le même temps, les deux dirigeants ont identifié les lignes rouges de chacun. Pour Moscou, il s’agit de l’objectif de l’Ukraine d’adhérer à l’OTAN ; pour Washington, il s’agit des dangereuses cyberattaques telles que les ransomwares  qui, selon les autorités américaines, ont été lancés par des pirates informatiques russes.

Toutefois, ce serait une erreur de penser que le sommet a normalisé les relations entre Moscou et Washington. Pour la Russie, il ne peut y avoir de réinitialisation tant que les sanctions contre elle et bon nombre de ses ressortissants restent en place. Mais les discussions ont au moins permis de clarifier les attentes mutuelles.

Sergei Ryabkov, vice-ministre russe des Affaires étrangères, a déclaré au journal russe Kommersant que les discussions sur les restrictions des armes stratégiques pourraient commencer dans les semaines à venir. Il a estimé que la déclaration du sommet conjoint selon laquelle il n’y aurait pas de vainqueurs dans une guerre nucléaire était « une réalisation majeure ». « Tous les jeux autour de cela, les ambiguïtés, les discours musclés, tout cela est non seulement nuisible, mais dangereux. Nous avons maintenant un point de référence », a-t-il déclaré.

Pour aller plus loin:

Plus
My following

ABO-Group a un nouveau directeur financier

26/11/2021 17:00

(ABM FN) La société d'ingénierie ABO-Group a trouvé un nouveau directeur financier en la personne de Floris Pelgrims. C'est ce qu'a annoncé ABO-Group dans un communiqué de presse publié vendredi soir.

Floris Pelgrims prendra ses fonctions le premier janvier 2022 en tant que nouveau directeur financier et responsable de la conformité pour ABO-Group Environment. Il était dernièrement directeur financier chez BESIX Stay.

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20