Pourquoi l’acquisition de Twitter par Musk pourrait accélérer la fin de Tesla en Chine

Pékin n’a jamais eu l’intention de laisser Tesla rester le constructeur de voitures électriques le plus dominant du pays. En tant que propriétaire de Twitter, Musk devra prendre des décisions difficiles plus tôt que prévu.

Elon Musk a ouvert une usine Tesla à Shanghai en 2019. « Je pense que la Chine est l’avenir », a déclaré le milliardaire à l’époque, alors que Pékin l’accueillait avec des milliards de dollars de terrains bon marché, de prêts et un ensemble d’allégements fiscaux et de subventions. Les relations entre l’ambitieux constructeur automobile et la Chine étaient si bonnes à l’époque que le Premier ministre chinois Li Keqiang a même offert à Musk un permis de résidence lors d’une rencontre.

Pékin et Musk avaient besoin l’un de l’autre à cette époque. Pour la Chine, Tesla fait surtout office de « poisson-chat« , c’est-à-dire d’acteur agressif jeté dans la mare pour entraîner le reste du secteur. En effet, les voitures Tesla produites en Chine ont rétabli la confiance des investisseurs dans le marché des voitures électriques et ont donné un sérieux coup de pouce aux start-ups locales. Les rivaux de Tesla, tels que NIO, Li Auto et Xpeng, prospèrent depuis l’arrivée de la société de Musk.

Les efforts déployés par Tesla pour donner un coup de fouet au marché chinois des voitures électriques ont, bien entendu, également porté leurs fruits pour l’entreprise elle-même. En 2021, au moins un quart des revenus de l’entreprise provenait de Chine, malgré une série de problèmes réglementaires et une émeute éphémère liée à des défauts de fabrication. Au premier trimestre 2022, le chiffre d’affaires de Tesla en Chine s’est élevé à environ 4,65 milliards de dollars, soit une hausse de 52% par rapport à l’année précédente.

Maintenant que Musk veut prendre le contrôle de la plateforme Twitter, les relations entre Pékin et Tesla pourraient se refroidir plus tôt que prévu.

« Musk ne peut pas faire un doigt d’honneur à Pékin aussi facilement qu’il le fait aux agences américaines »

Pour commencer, Pékin n’a jamais eu l’intention de céder définitivement son secteur automobile national à Tesla. L’objectif du gouvernement chinois est d’utiliser Tesla comme une incitation à rendre ses propres entreprises nationales compétitives, a déclaré Bill Russo d’Automobility once au Wall Street Journal.

Désormais, Pékin a également une raison de cibler Tesla au niveau national et de remplacer lentement l’acteur étranger par des entreprises chinoises. « Que se passe-t-il lorsque Pékin s’adresse à Musk à propos du compte d’un militant ouïgour ou hongkongais (sur Twitter, ndlr) ? Ou sur les robots de désinformation chinois qui utilisent la plateforme ? », s’interroge la journaliste sino-américaine Melissa Chan sur Twitter.

Les entreprises multinationales qui défendent la cause des Ouïgours au Xinjiang sont régulièrement contraintes à l’autocensure ou risquent un boycott massif de la part de la population chinoise. Il n’est pas totalement inconcevable que la Chine ne supporte pas que le propriétaire de Tesla offre un refuge à ses plus grands détracteurs sur Twitter.

« Si Elon Musk pense que parce qu’il est l’homme le plus riche du monde, il peut dire à la Chine d’aller se faire foutre si Pékin le poursuit un jour pour Twitter, il découvrira avec quelle efficacité l’État chinois peut engloutir cette usine Tesla à Shanghai, en emportant avec lui autant de propriété intellectuelle que possible », avertit Chan. « Musk ne peut pas faire un doigt d’honneur à Pékin aussi facilement qu’il le fait à la SEC, le chien de garde des marchés boursiers américains. »

L’ancien patron d’Amazon, Jeff Bezos, a également remis publiquement en question l’impact de l’accord avec Twitter sur l’avenir de cette plateforme et de Tesla. « Le gouvernement chinois vient-il d’obtenir un peu d’influence sur la place de la ville ? […] Le résultat le plus probable de cette affaire est une plus grande complexité en Chine pour Tesla, plutôt qu’une censure chez Twitter », a écrit Bezos.

Musk sait-il que Tesla va inévitablement perdre le marché chinois ?

Si Musk est effectivement prêt à sacrifier la liberté d’expression sur Twitter pour le bien de Tesla en Chine, ce ne serait pas la première fois qu’une multinationale s’incline devant Pékin pour assurer sa présence sur le gigantesque marché chinois. Même Apple, la société la plus précieuse au monde, a cédé aux demandes chinoises de censurer son propre App Store.

Le gouvernement chinois a interdit l’accès à Twitter sur son internet en 2009, à la suite d’émeutes entre les musulmans ouïgours et les Chinois de souche dans le Xinjiang. Depuis lors, Pékin a appris à manipuler Twitter pour diffuser de la désinformation aux utilisateurs internationaux. « Je pense que le gouvernement chinois sera heureux que Musk ait acheté Twitter. Dans les prochains jours, le gouvernement utilisera ses affaires en Chine pour faire pression sur lui afin qu’il contrôle Twitter et contribue à la censure de ceux qui critiquent le Parti communiste », estime l’écrivain chinois Murong Xuecun.

Il est également toujours possible que Musk se rende compte que Tesla perdra inévitablement le marché chinois dans un avenir proche de toute façon et qu’il ne se souciera donc pas beaucoup de la pression que Pékin exerce sur lui. Dans ce cas, ce serait la première fois qu’une grande multinationale résiste à la tentation du marché chinois.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20