Les patrons des groupes énergétiques américains préviennent l’Europe : « Il n’y aura pas d’opération de sauvetage »

Les producteurs américains ont averti l’Europe qu’ils ne pourront pas tirer le continent d’affaire l’hiver prochain en produisant plus de gaz et de pétrole assez rapidement.

Pourquoi est-ce important ?

L'Europe doit faire face à un hiver difficile. Avec la guerre en Ukraine et la réduction des importations de pétrole et de gaz russes qui en résulte, les prix de l'énergie sur le continent sont montés en flèche. Cette situation sera aggravée en décembre, lorsque l'Union européenne (UE) introduira un embargo sur le pétrole russe, suivi d'une interdiction des produits pétroliers tels que le diesel en février.

Pour éviter une crise énergétique, l’Europe lorgne désormais sur les fournisseurs américains, entre autres. Bien que les États-Unis aient exporté davantage au cours des derniers mois qu’avant la guerre, les porte-parole des compagnies énergétiques préviennent aujourd’hui que ces exportations ont discrètement atteint une limite. Selon les rapports du Financial Times, ils affirment désormais que la production américaine de pétrole brut n’atteindra pas l’objectif d’un million de barils supplémentaires par jour.

« Ce n’est pas comme si les États-Unis pouvaient pomper beaucoup plus. Notre production est ce qu’elle est », a déclaré au Financial Times Wil VanLoh, président du groupe énergétique Quantum Energy Partners, un important investisseur dans le pétrole de schiste. « Il n’y aura pas de renflouement, ni du côté du pétrole ni du côté du gaz ».

Le prix peut augmenter à nouveau

Scott Sheffield, PDG de Pioneer Natural Resources – l’un des plus grands producteurs de pétrole américains – a également déclaré au média financier qu’il ne voyait pas d’augmentation majeure de la production. « Nous n’ajoutons pas d’appareils de forage et je ne vois pas ce qui se passe chez les autres », a déclaré M. Sheffield.

L’augmentation de la demande au cours de l’hiver pourrait faire grimper le prix du baril de brut à environ 120 dollars, a-t-il ajouté. Actuellement, le prix du baril de pétrole WTI, le prix de référence pour le pétrole américain, est d’environ 88 dollars. Toutefois, en mars et en juin, ce prix a culminé à environ 120 dollars. Le prix du Brent, la référence pétrolière européenne, a suivi une trajectoire similaire.

Production américaine

Ces dernières années, les États-Unis sont devenus l’un des plus grands producteurs de pétrole au monde. Avant la pandémie de COVID, le pays produisait jusqu’à 13 millions de barils par jour, soit environ 10 % de l’offre mondiale. Par conséquent, en raison des énormes volumes exportés par le pays, les prix du pétrole sont restés relativement bas au cours de la dernière décennie.

Mais au cours des premiers mois de la pandémie, la demande mondiale d’or noir s’est effondrée, entraînant également une forte baisse de la production américaine. Si le pays pompait encore 13 millions de barils par jour en mars 2020, il n’en extrayait pas 10 millions en mai de la même année. Depuis lors, le secteur se redresse lentement mais sûrement, mais la production quotidienne est toujours inférieure d’un million de barils par jour à celle d’avant la pandémie.

Le gouvernement américain, quant à lui, a appelé les compagnies pétrolières à produire davantage. Les États-Unis travailleraient également avec leurs alliés pour introduire d’éventuelles exceptions à l’embargo européen. Cela serait nécessaire pour garantir que l’offre mondiale ne s’effondre pas à partir de décembre.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20